•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec n'impose plus de permis aux guides touristiques

Un guide touristique en plein travail à Québec.
Un guide touristique en plein travail à Québec. Photo: ICI Radio-Canada
Radio-Canada

Vous voulez devenir guide touristique à Québec? Rien de plus facile. Depuis le 1er janvier, la Ville ne délivre plus de permis aux aspirants guides et n'exige plus aucune formation.

« N'importe qui peut s'improviser guide demain matin », laisse tomber Gérald Boudreau, découragé.

Le vice-président des Services touristiques feuille d’érable, Gilbert Boudreau.Le vice-président des Services touristiques feuille d’érable, Gilbert Boudreau. Photo : ICI Radio-Canada

Le vice-président des Services touristiques feuille d'érable a été informé par lettre durant le congé des fêtes que la Ville de Québec n'exigerait plus de permis de ses guides touristiques.

La formation de 150 heures qui était suivie par tous les nouveaux guides devient maintenant optionnelle. Plus question non plus d'obliger les voyagistes à embaucher un guide local pour leurs visites.

C'est le client ou le visiteur qui va y perdre au change.

Gérald Boudreau, vice-président des Services touristiques feuille d'érable

Le milieu éducatif sous le choc

Au Collège Mérici, où la formation de guide est offerte depuis plusieurs années, la surprise est totale.

Le directeur des études s'explique mal le raisonnement de la Ville. Selon Pierre Richard, sans obligations réglementaires, la qualité des services offerts aux touristes va chuter. Une perspective inquiétante pour Québec.

« C'est une ville du patrimoine mondial de l'UNESCO qui mérite qu'on en parle avec connaissance! », s'emporte-t-il, avant d'ajouter que « le permis garantissait ça ».

Un règlement désuet?

À la Ville de Québec, un porte-parole affirme que la contrainte d'embaucher un guide certifié était jugée excessive par de nombreux voyagistes et que peu de grandes villes mondiales adoptent des règlements similaires.

La Ville se dit ouverte à rencontrer les différents acteurs touristiques dès la semaine prochaine pour expliquer le bien-fondé de sa démarche.

Québec

Société