•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Détresse chez les ambulanciers du Nouveau-Brunswick

Le reportage de Nicolas Steinbach
Radio-Canada

Des travailleurs paramédicaux du Nouveau-Brunswick tirent la sonnette d'alarme sur les problèmes de santé mentale au sein de leur profession.

Selon l'Association des paramédics du Nouveau-Brunswick, six ambulanciers se sont enlevé la vie depuis 2008, et 30 % des ambulanciers ont déjà pensé mettre fin à leurs jours.

Serge Brideau, qui est ambulancier depuis 16 ans, a donné sa démission vendredi. Il rompt le silence au nom de ses collègues pour dénoncer l'attitude d'insensibilité d'Ambulance Nouveau-Brunswick envers ses employés.

« Moi, j'ai la liberté de parole aujourd'hui et j'ai la liberté de faire ce cri d'alarme, mais non je ne suis pas cavalier seul. Il y a beaucoup de gens qui aimeraient parler, mais ne peuvent pas parce qu'Ambulance Nouveau-Brunswick ne veut pas qu'on parle aux médias », affirme M. Brideau.

Serge Brideau dénonce le manque d'empathie de l'employeur et un manque de compréhension et de soutien. Ce sentiment est partagé par un autre ambulancier toujours à l'emploi d'Ambulance Nouveau-Brunswick, qui souffre de stress post-traumatique.

« On n'a pas beaucoup de support localement au niveau du terrain. Disons que cette nuit je fais une nuit blanche avec des cauchemars et que demain matin j'appelle pour demander un congé de maladie, je me fais tanner », explique cette personne sous le couvert de l'anonymat.

Serge Brideau témoigne d'expériences pénibles, traumatisantes, qu'il a eu à vivre durant sa carrière d'ambulancier. Après 16 ans, il remet sa chemise, comme on dit, un geste symbolique pour parler au nom de ses collègues qui souffrent de maladie mentale.

« Un arrêt cardiaque sur un bébé, ce n'est pas plaisant. J'ai eu à le faire. Un accident de voiture avec une famille complète et juste un survivant et des enfants qui étaient décédés dans la voiture, ça, tu manques du sommeil », témoigne M. Brideau.

Déclaration d'Yvon Bourque, directeur des Opérations chez Ambulance Nouveau-Brunswick :

« Nous savons que nos employés n'ont pas la tâche facile et qu'ils ont besoin de ressources à l'appui de leur bien-être mental et émotionnel. Nous travaillons afin de répondre à leurs besoins en faisant de la santé mentale une composante clé de notre stratégie globale d'engagement des employés. »

Ambulance Nouveau-Brunswick a décliné une demande d'entrevue, mais dans une déclaration écrite, elle indique être consciente que ses employés ont besoin de ressources à l'appui de leur bien-être mental et émotionnel.

Le directeur des opérations, Yvon Bourque, affirme d'ailleurs qu'Ambulance N.-B. a élargi son programme d'aide aux employés et à leur famille pour la gestion du stress.

Selon l'Association des paramédics du Nouveau-Brunswick, une stratégie provinciale sur la santé mentale et les premiers répondants devrait voir le jour en 2016.

D'après le reportage de Nicolas Steinbach

Société