•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le revenant, une extraordinaire histoire de survie

Leonardo DiCaprio dans « Le revenant »

Photo : 20th Century Fox

Radio-Canada

Basé sur une histoire vécue, Le revenant raconte l'incroyable et frigorifiante odyssée de Hugh Glass, un trappeur américain du 19e siècle. Une oeuvre épique et saisissante du réalisateur mexicain Alejandro Gonzalez Iñárritu.

Un texte de Louise RousseauTwitterCourriel

Leonardo DiCaprio y tient le rôle de Glass, qui, blessé par une ourse qui protégeait ses petits, est abandonné dans une fosse par ceux qui devaient veiller sur lui et sur son fils.

Fou de rage, mû par un puissant désir de vengeance, le trappeur met six semaines avant de retrouver son camp de base dans le Dakota du Sud. Seul et sans armes, à force de courage et de détermination, il parcourt 300 kilomètres d'un territoire infesté d'animaux sauvages et de tribus hostiles.

Tourné en ordre chronologique dans des conditions extrêmes -- en Colombie-Britannique, en Alberta et en Argentine --, ce long métrage de 2 h 30 est un véritable tour de force technique, parce qu'il a nécessité le déplacement des équipes et des caméras dans des lieux presque inaccessibles.

Alejandro Gonzalez Iñárritu et Leonardo DiCaprio lors du tournage du film « Le revenant »Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Alejandro Gonzalez Iñárritu et Leonardo DiCaprio lors du tournage du film « Le revenant »

Photo : 20th Century Fox

De plus, le réalisateur Alejandro Gonzalez Iñárritu disposait de très peu de temps pour tourner ses scènes, puisqu'il n'utilisait que la lumière naturelle.

« Nous avions des fenêtres d'une heure et demie pour tourner des scènes très complexes, relate le réalisateur. Nous tournions de longs plans-séquences, avec très peu de coupures, avec des chorégraphies précises imaginées des mois d'avance. »

« Certaines des scènes ont été les plus difficiles de ma vie », explique Leonard DiCaprio, qui tient le rôle principal.

Pour voir cette vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

Les producteurs, pour leur part, ont eu chaud, puisque le budget de ce western polaire poétique et brutal a explosé, passant de 95 à 135 millions de dollars.

Mais le résultat à l'écran est remarquable. Il s'agit d'un film épique qui décrochera sans doute de nombreux prix. En nomination pour quatre Golden Globe, le sixième long métrage d'Iñárritu, à qui l'on doit, entre autres, Birdman, pourrait aussi permettre à Leonardo DiCaprio d'obtenir enfin son premier Oscar à vie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cinéma

Arts