•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les légumineuses, ces petits grains qui partent du Canada pour nourrir la planète

Des légumineuses

Photo : Radio-Canada/la semaine verte

Radio-Canada

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) fait de 2016 l'Année internationale des légumineuses, une initiative qui vise à favoriser la culture et la consommation de pois, de lentilles, de soya et de haricots, des superaliments qui sont une importante source de protéines et qui peuvent grandement favoriser la sécurité alimentaire dans le monde.

Un texte de Rachel BrillantCourriel de La semaine verte

Cette année est aussi tout à fait particulière pour l'agriculture canadienne. Ces grains secs, en grande partie destinés à l'alimentation humaine et que l'on croit exotiques, sont pour près de la moitié cultivés au Canada.

Le pays est un chef de file dans la production et l'exportation des légumineuses dans le monde. En fait, 40 % de toutes les légumineuses vendues dans le monde proviennent du Canada. Et le pays est le premier producteur et exportateur de pois secs et de lentilles du monde. 

Le saviez-vous?

Une légumineuse est une plante annuelle, récoltée lorsque la gousse a terminé le mûrissement des grains. Pour s'appeler légumineuses, les grains doivent être récoltés bien secs. Ainsi, les pois verts sont des légumes. Les légumineuses regorgent d'éléments nutritifs et contiennent beaucoup de protéines, soit deux fois plus que le blé et trois fois plus que le riz.

Des légumineusesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Radio-Canada/La semaine verte

Cultiver des légumineuses, qu'est-ce que c'est?

Les agriculteurs canadiens cultivent principalement des pois secs, des lentilles, des haricots secs et des pois chiches. Ces légumineuses sont bon marché et sont reconnues par l'ONU comme un bon moyen de lutter contre la faim dans le monde. Elles sont importantes pour la sécurité alimentaire de nombreux pays en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Souvent, au Bangladesh ou en Turquie par exemple, elles sont un aliment de base.

Malgré la position de leader mondial du pays, la production canadienne des pois, des lentilles, des haricots et des pois chiches est un secret bien gardé. Depuis 1990, elle a plus que quadruplé.

Pour voir ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

La culture de légumineusesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Radio-Canada/La semaine verte

Les Prairies ont l'avantage des sols et du climat. La Saskatchewan est la première productrice de légumineuses avec 80 % de la superficie totale. L'Alberta suit avec 16 %. Ensuite, on retrouve le Manitoba à 2 %. Le Québec et l'Ontario se partagent 2 % des cultures. Mais c'est le Manitoba qui a été la pionnière dans la production des légumineuses au Canada.

Au début des années 80, les fermiers de la vallée de la rivière Rouge ont commencé à récolter des pois secs pour le Québec, amateurs de soupe aux pois. Puis les pois secs ont commencé à être vendus aux États-Unis et la culture des lentilles a débuté pour la France. C'était le timide début de l'exportation.

Le producteur de lentilles Bernard BaucheAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La production de lentilles de Bernard Bauche ne cesse de prendre de l'ampleur.

Photo : Radio-Canada/La semaine verte

« À l'époque, pour se différencier des autres fermiers qui cultivaient surtout le blé, mon grand-père a commencé à faire des contrats de pois, surtout pour le marché du Québec pour faire de la soupe aux pois. [...] Maintenant, on vend dans 75 pays dans le monde. Le Canada a vraiment pris les devants dans l'exportation des légumineuses », dit Ivan Sabourin, un transformateur de Winnipeg, au Manitoba.

Un point de vue partagé par Bernard Bauche, de Bellegarde, en Saskatchewan. Le producteur double ses superficies consacrées aux lentilles tous les deux ans et est chaque fois étonné que toute sa production trouve preneur. « Je suis surpris qu'on puisse tout vendre. Je n'aurais jamais pensé qu'on puisse produire tant que ça et [tout écouler]. »

Écoutez le reportage de Rachel Brillant à La semaine verte, samedi à 17 h, sur ICI Radio-Canada Télé. 

Principaux pays importateurs

Environ 130 pays achètent des pois secs, des haricots, des lentilles et des pois chiches récoltés au Canada. Voici les principaux pays importateurs :

  • Lentilles : Inde, Turquie et les 27 pays de l'Union européenne (UE)
  • Pois secs : Chine, Inde, Bangladesh
  • Haricots secs : États-Unis et les 27 pays de l'UE (Japon, Moyen-Orient et Afrique en volumes moins importants)
  • Pois chiches : les 27 pays de l'UE et les États-Unis

L'Inde, deuxième pays le plus peuplé du monde, est le premier importateur et le plus important consommateur de légumineuses du monde. Depuis les années 70, l'Inde est incapable de combler son propre marché. Les légumineuses sont au premier plan de l'alimentation du pays où l'insécurité alimentaire est répandue.

L'exportation de légumineusesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Radio-Canada/La semaine verte

La santé des sols

La culture des lentilles, des pois et des haricots améliore la fertilité des terres. Les légumineuses ont la propriété de fixer l'azote dans le sol, ce qui accroît la productivité et réduit l'ajout d'engrais. En fin de compte, la culture des légumineuses réduit l'empreinte carbone et les émissions de gaz à effet de serre. Comme elles sont cultivées en alternance avec les céréales, elles brisent le cycle des maladies et des insectes dans la culture du blé, entre autres.

La culture des légumineusesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Radio-Canada/La semaine verte

Le blé toujours bon premier

Le blé reste la première culture dans l'Ouest, mais les superficies cultivées diminuent. En 25 ans, les agriculteurs ont cultivé deux fois moins de terres consacrées au blé.

Pour voir ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

Au début des années 80, l'arrivée de nouveaux exportateurs comme l'Argentine et l'Ukraine a fait baisser le prix du blé. De plus en plus de producteurs de céréales se sont tournés vers de nouvelles cultures, les légumineuses. L'importance et la nécessité de cesser la monoculture et d'alterner les cultures pour la préservation des sols est aussi un facteur dans la diminution de la superficie totale des terres en blé.

Un pays qui s'ouvre aux légumineuses

Outre les mets traditionnels comme les fèves au lard et la soupe aux pois, la cuisine du monde a rendu plus populaire la consommation des légumineuses au Canada. Toutefois, à l'échelle mondiale, celle-ci reste très faible.

L'alimentation animale constitue plutôt une large part des débouchés intérieurs. Dans les Prairies, les pois secs entrent dans l'alimentation porcine. Et une moindre quantité de pois chiches, de lentilles et de haricots déclassés pour l'alimentation humaine va au bétail.

Quelques avantages des légumineuses

  • Les légumineuses sont bon marché
  • Elles ont une faible teneur en gras et ne contiennent pas de cholestérol.
  • Elles contiennent des composés bioactifs qui contribuent à lutter contre le cancer, le diabète et les maladies cardiaques.
  • Elles sont une source importante de fibres alimentaires.
  • Comme elles ne contiennent pas de gluten, elles constituent un aliment idéal pour les personnes atteintes de maladies cœliaques.
  • Elles sont riches en minéraux et en vitamines B, qui jouent un rôle déterminant dans la santé.
  • Leur haute teneur en fer et en zinc est particulièrement bénéfique pour les femmes et les enfants qui présentent un risque d'anémie.
  • Certaines recherches révèlent également que le fait de consommer régulièrement des légumineuses peut aider à contrôler et à combattre l'obésité.
  • Elles ont une empreinte carbone plus faible que d'autres cultures et, donc, indirectement, réduisent les émissions de gaz à effet de serre.

Sources : FAO

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société