•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'énergie éolienne ne serait pas la principale cause de la hausse des tarifs d'Hydro-Québec

Le reportage de Bruno Lelièvre
Radio-Canada

Selon une étude commandée par le TechnoCentre éolien de Gaspé, la hausse de la facture d'Hydro-Québec ne peut être entièrement attribuable à l'éolien.

Publié par le Groupe Conseil en gestion d'énergie, le rapport d'analyse indique que la société a joué avec ses chiffres pour discréditer la filière éolienne et lui imputer une hausse du compte d'électricité.

Selon l'étude, la proportion diminuerait considérablementSelon l'étude, la proportion diminuerait considérablement Photo : ICI Radio-Canada

L'absence d'information détaillée sur les différentes sources d'énergie, les frais de transports et de distribution et un traitement inexact des revenus font notamment partie des anomalies soulevées par la firme responsable du document.

Selon Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie de HEC Montréal, Québec ne voulait tout simplement pas investir dans l'éolien.

Hydro-Québec a voulu présenter la filière éolienne comme portant le plus grand blâme pour expliquer la hausse du prix parce qu'Hydro ne voulait pas investir dans l'éolien. Ça lui a été imposé par le gouvernement.

Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie de HEC Montréal
industrie-eolienne

Pas de surplus énergétiques

La firme indique par ailleurs qu'aucun surplus énergétique ne découle de l'éolien puisque l'énergie produite est vendue, aux États-Unis notamment.

Du côté d'Hydro-Québec, l'attaché de presse Marc-Antoine Pouliot indique que la société d'État a obtenu copie du document.

« Nous allons l'analyser et en discuter avec le TechnoCentre éolien incessamment », indique-t-il.

Quant au député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, il souhaite la tenue d'une d'une commission parlementaire pour faire la lumière.

Le Québec a été berné et 4000 emplois sont en jeu à cause d'informations imprécises et erronées.

Gaétan Lelièvre, député de Gaspé

Le cabinet du ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, confirme pour sa part avoir reçu le document. Le ministre ne commentera pas, pour l'instant du moins. L'avenir de l'éolien sera connu lors du dévoilement de la politique énergétique qui sera présentée sous peu.

D'après le reportage de Bruno Lelièvre

Est du Québec

Économie