•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Raymond St-Pierre

Raymond St-Pierre

Photo : RC

Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quel est l'intérêt pour la Russie d'intervenir militairement en Syrie? Pourquoi Poutine est-il si populaire? Les ponts avec le Canada sont-ils brûlés? Retour sur trois thèmes abordés dans ce clavardage avec Raymond Saint-Pierre, correspondant de Radio-Canada à Moscou.


LES FRAPPES RUSSES EN SYRIE

Comment les frappes russes en Syrie sont-elles perçues par la population? demande un internaute. Pour l'instant, une majorité de la population appuie ces bombardements, explique le journaliste.

« Les médias russes sont tous très près du régime Poutine. Il y a peu de place à la diversité d'opinions. Ces médias décrivent ces bombardements comme des frappes préventives pour prévenir des attentats de l'État islamique. »

Quel est l'intérêt pour la Russie d'intervenir militairement en Syrie? Raymond Saint-Pierre rappelle que la Russie a toujours soutenu le régime Al-Assad. Le reporter ajoute que Poutine veut préserver l'accès de la Russie à la Méditerranée, avec ses bases à Lattaquié et Tartous.

« M. Poutine intervient aussi en Syrie pour démontrer au reste de la communauté internationale qu'il est un joueur essentiel, si on veut ramener la paix. Une façon aussi de briser l'isolement de la Russie, après le conflit en Ukraine et l'annexion de la Crimée. »

— Une citation de  Raymond Saint-Pierre

Comment expliquer que les forces gouvernementales semblent dépassées par les rebelles [en Syrie]? Le journaliste observe que l'armée syrienne est épuisée après plus de quatre ans de conflit très intense avec plusieurs factions de rebelles, sur plusieurs fronts.

« Ajoutez à cela qu'une bonne partie de la population appuie ces rebelles, même si elle ne s'implique pas dans les combats, et vous avez un régime fragile qui aurait pu tomber, si M. Poutine n'avait pas décidé de l'appuyer en bombardant de nombreux groupes rebelles. »

État islamique, le règne de la terreur

POUTINE, LE POUVOIR ET LES OPPOSANTS

Vladimir Poutine va-t-il rester au pouvoir encore longtemps? Raymond Saint-Pierre rappelle que Poutine peut se présenter à nouveau à la présidence en 2018, et qu'il peut donc être encore là pendant des années. Il ajoute que ce qui inquiète les Russes, c'est l'absence de candidats crédibles pour lui succéder, s'il venait à partir.

« Il est tellement omniprésent, toute la machine gouvernementale est tellement centrée autour de lui, il est tellement populaire, qu'il est difficile d'imaginer qu'un candidat éventuel dise ouvertement qu'il est prêt à prendre la relève. »

— Une citation de  Raymond Saint-Pierre

Pourquoi Poutine est-il si populaire? Les sondages crédibles lui donnent une cote de popularité de plus de 89 %, explique le reporter. Poutine se présente comme « le leader qui rétablit la fierté nationale, la gloire de la Russie après les très difficiles années 90 », qui ont suivi la chute de l'Union soviétique.

« Il exploite la fibre patriotique des Russes, en disant se porter à l'aide des rebelles prorusses en Ukraine, ou en se posant comme le défenseur de la Russie et de l'Europe, en attaquant l'État islamique en Syrie. »

— Une citation de  Raymond Saint-Pierre

Le journaliste fait toutefois valoir qu'avec l'économie qui se détériore en Russie, la popularité de Poutine pourrait diminuer.

Des milliers de personnes sont rassemblées à Moscou afin de rendre hommage à Boris Nemtsov.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des milliers de personnes sont rassemblées à Moscou afin de rendre hommage à Boris Nemtsov.

Photo : Sergei Karpukhin / Reuters

Une internaute russe qui habite au Canada souligne qu'il y a beaucoup de problèmes en Russie sur les plans social et politique. Elle demande à Raymond Saint-Pierre s'il a l'intention de faire des entrevues avec des gens qui s'opposent à la politique de Poutine.

« J'ai déjà interviewé à peu près tous les leaders de l'opposition. C'était après l'assassinat de Boris Nemtsov. Certains membres de l'opposition hésitent aussi à donner des entrevues, pour ne pas devenir la cible de représailles. Il y aura des élections législatives en septembre. On aura l'occasion de couvrir les faits et gestes de cette opposition, qui reste très minoritaire, pour l'instant », explique le journaliste.

L'assassinat de Nemtsov, c'est fini, on n'en parle plus en Russie? « L'enquête progresse, selon les autorités russes. On aurait repéré le commanditaire de l'attentat, un Tchétchène. Les cinq accusés disent avoir avoué sous la torture. La famille de Nemtsov et l'opposition doutent qu'on trouve un jour les vrais coupables. »

« Les gens n'oublient pas Nemtsov. Il y a encore des gens qui viennent déposer des fleurs à l'endroit du meurtre. Nemtsov n'était pas un extrémiste, c'était un modéré. Son meurtre a terrifié les autres personnalités de l'opposition. »

— Une citation de  Raymond Saint-Pierre

LES RELATIONS CANADA-RUSSIE

Les tensions entre le Canada et la Russie sont-elles perceptibles pour les journalistes comme vous? Et comment se règlera la question territoriale du Nord canadien contre le nord de la Russie?

« On peut parler de grand froid entre le Canada et la Russie, depuis les années Harper. Les journalistes canadiens le sentent, quand il s'agit d'obtenir des entrevues ou des autorisations des autorités russes. »

— Une citation de  Raymond Saint-Pierre

Pour ce qui est de l'Arctique, le journaliste souligne que les pays membres du Conseil de l'Arctique continuent de collaborer, pour préserver l'environnement de cette région et en planifier le développement. « Le Canada et la Russie en font partie et collaborent toujours, ce qui plutôt de bon augure. »

Les ponts avec le Canada sont-ils brûlés? Quelle est l'implication du Canada en Ukraine aujourd'hui avec le nouveau gouvernement? À ces interrogations d'une internaute, le journaliste répond notamment que les militaires canadiens ont formé en Ukraine des policiers et des soldats, comme l'ont fait les États-Unis et le Royaume-Uni.

« J'ai soumis la question des relations Canada-Russie, pour la prochaine conférence de presse du ministre des Affaires étrangères Lavrov. On verra s'il voit une accalmie. »

— Une citation de  Raymond Saint-Pierre

Relisez le clavardage ci-dessous le clavardage de Raymond Saint-Pierre :

Pour revoir cette discussion sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !