•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fuite de gaz : l'état d'urgence déclaré dans un quartier de Los Angeles

Des manifestants demandent la fermeture du puit de la Southern California Gas devant l'hôtel de ville de Los Angeles.
Des manifestants demandent la fermeture du puit de la Southern California Gas devant l'hôtel de ville de Los Angeles. Photo: GUS RUELAS / Reuters
Radio-Canada

Le gouverneur de la Californie, Jerry Brown, a déclaré l'état d'urgence, mercredi, en raison d'une importante fuite de gaz naturel qui se propage dans un quartier de Los Angeles depuis des mois, ce qui cause des problèmes de santé pour les résidents et en force de nombreux autres à quitter leurs domiciles.

Dans un communiqué, le gouverneur a dit qu'il avait pris sa décision à la requête des résidents du quartier de Porter Ranch (nord-ouest de Los Angeles) et en raison de la nature « prolongée et continue » de la fuite de l'aire d'entreposage souterraine.

Le puits, qui appartient à l'entreprise Southern California Gas, a craché jusqu'à 1200 tonnes de méthane par jour, ainsi que plusieurs autres types de gaz, depuis que la défaillance a été constatée, en octobre.

Il faudra encore plusieurs mois aux ouvriers pour colmater la brèche, selon des experts, bien que les ouvriers assurent travailler nuit et jour. L'entreprise parle même de construire un puits parallèle pour combler celui qui fuit actuellement. 

Parmi plusieurs mesures annoncées mercredi, M. Brown a ordonné à l'entreprise de proposer des plans de rechange au cas où leurs premiers efforts échoueraient. Il a également élaboré des mesures d'urgence pour les autres lieux d'entreposage de gaz à travers l'État.

C'est l'entreprise qui débourse l'argent pour reloger des milliers de résidents, dont certains souffrent de saignements de nez, de nausées et d'autres problèmes causés par les émanations.

Le comté et la commission scolaire de Los Angeles avaient déjà pris des mesures exceptionnelles face à la crise; les élèves de deux écoles du quartier ont été évacués.

Plus de 2000 familles ont fui la région, et celles qui décident de rester doivent vivre dans des conditions pénibles, arborant même des masques chirurgicaux pour se protéger des odeurs incommodantes. Les spécialistes assurent que la fuite ne comporte toutefois aucun risque pour la santé à long-terme.

L'administration de l'aviation fédérale a par ailleurs instauré une zone d'exclusion aérienne de 1500 hectares au-dessus de Porter Ranch.

Un désastre environnemental

La fuite de gaz est « l'un des pires désastres environnementaux de l'histoire de la Californie », selon le conseiller municipal de Los Angeles, Mitchell Englander.

M. Englander faisait partie du groupe d'élus locaux et de membres de la communauté qui demandaient au gouverneur d'agir.

Mitchell Englander, conseiller municipal de Los Angeles lors d'un débat entourant la fuite de gaz.Mitchell Englander, conseiller municipal de Los Angeles, lors d'un débat entourant la fuite de gaz. Photo : GUS RUELAS / Reuters

L'importante fuite représente environ le quart de la production totale de méthane, l'un des gaz les plus polluants, en Californie.

Le lieu touché par l'incident est l'une des plus grandes réserves souterraines de gaz naturel. Elle peut contenir assez de gaz naturel pour ravitailler le sud de l'État pendant un mois.

La crise était devenue une importante source d'embarras pour le gouverneur Brown, un fervent défenseur de la diminution de l'utilisation du gaz naturel et des énergies fossiles. M. Brown avait résisté à déclarer l'état d'urgence avant, puisqu'il disait vouloir s'assurer que l'entreprise assume les coûts plutôt que l'État.

Le président de Southern California Gas, Dennis Arriola, a indiqué que l'entreprise s'efforçait actuellement d'arrêter la fuite et de minimiser les inconvénients pour les résidents.

Il a assuré que l'entreprise travaillerait avec l'État pour réduire les conséquences environnementales à long terme de la fuite.

Avec les informations de Associated Press, et New York Times

International