•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Combattre la crise du logement dans les Premières Nations, une petite maison à la fois

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Cette mini-maison sera installée dans la Première Nation Big River, dans le nord de la Saskatchewan.

Cette mini-maison sera installée dans la Première Nation Big River, dans le nord de la Saskatchewan.

Photo : Anita Munn

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un homme de la Première Nation Big River, située à 200 km au nord de Saskatoon, recevra bientôt une nouvelle maison tout à fait unique en son genre, grâce à une initiative chapeautée par des entreprises et des bénévoles du Manitoba.

L'entreprise winnipégoise Mini Homes of Manitoba a collaboré avec le mouvement Idle No More dans leur campagne « Une maison, plusieurs nations », qui souhaite sensibiliser la population canadienne à la crise du logement dans les Premières Nations du pays.

Le groupe a déjà commencé à rassembler les fonds nécessaires pour construire deux autres mini-maisons.

« Nous sommes très fiers », dit la copropriétaire de la compagnie, Anita Munn, en retenant ses larmes.

Cela a été une incroyable aventure et nous sommes trop contents que cette maison soit bientôt un foyer pour quelqu'un qui en a besoin.

Anita Munn, copropriétaire, Mini Homes of Manitoba

Ayant une superficie de 12 mètres carrés, la mini-maison durable et autosuffisante ira à un homme de la Première Nation Big River qui habite actuellement une tranchée-abri aménagée avec de vieux morceaux de bois et de moquette élimée, affirme Mme Munn.

La petite résidence dispose d'une cuisine, d'un salon ainsi que d'une toilette à compostage. Elle est alimentée par panneaux solaires et munie d'un système de chauffage par rayonnement intégré au plancher. Un système de chauffage au bois fournira de la chaleur supplémentaire en hiver.

La maison de 12 mètres carrés est équipée d'une cuisine, d'un salon et d'une salle de bain.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La maison de 12 mètres carrés est équipée d'une cuisine, d'un salon et d'une salle de bain.

Photo : CBC

Plus de 300 personnes ont contribué à la campagne de sociofinancement pour construire la petite résidence. D'autres bénévoles ont offert la literie ainsi que d'autres articles ménagers.

Plusieurs compagnies manitobaines ont également donné des matériaux ou offert leurs services, dont l'entreprise de camionnage Lee River Transport, qui s'occupera de transporter la maison de Winnipeg à Big River, dans le nord de la Saskatchewan.

Crise de logement

L'arrivée de la mini-maison est une bonne nouvelle pour Leo Jack, coordinateur des logements de la Première Nation Big River, qui confirme qu'il n'existe pas assez de logements pour les 3300 membres de la communauté autochtone.

« Et des maisons existantes, il y en a qui sont délabrées ou infectées de moisissures toxiques », affirme-t-il.

Les gens veulent rentrer chez eux, dans leur communauté, mais je dois leur dire : "Nous n'avons aucun lieu pour vous héberger."

Leo Jack, coordinateur des logements de la Première Nation Big River

Cet été, la collectivité a acheté 40 maisons mobiles pour pallier la pénurie de logements. Toutefois, le problème persiste et force plusieurs à quitter la réserve pour des villes et des villages voisins.

M. Jack rappelle qu'environ 270 personnes attendent toujours une maison dans la réserve.

Selon une professeure adjointe de travail social à l'Université de Regina, Raven Sinclair, il manque environ 80 000 logements dans les communautés autochtones à travers le pays. Bon nombre de ceux qui existent ont besoin de rénovations ou sont surpeuplés, dit-elle.

Une maison, plusieurs nations et Harvard University

La mini-résidence est la première de trois logements que fera construire le mouvement Idle No More dans sa campagne « Une maison, plusieurs nations ».

Le groupe a déjà collecté plus de 25 000 $ pour les deux autres maisons. En outre, Idle No More fait équipe avec des concepteurs de Harvard University pour créer un système durable et abordable pour la construction des maisons.

« Ils ont déjà créé un nouveau type de bois à partir de vieilles palettes usagées », explique Alex Wilson, organisatrice d'Idle No More et professeure à l'Université de la Saskatchewan.

Mme Wilson confirme que la prochaine mini-maison durable de la campagne « Une maison, plusieurs nations » ira dans la Première Nation des Cris d'Opaskwayak, au nord du Manitoba.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !