•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le numéro anniversaire de Charlie Hebdo qui commémore la tuerie arrive en kiosque

La une anniversaire de Charlie Hebdo

La une anniversaire de Charlie Hebdo

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un an après l'attentat djihadiste contre Charlie Hebdo, l'hebdomadaire publie mercredi un numéro qui commémore l'événement, tandis que les cérémonies à la mémoire des victimes se succèdent. 

En couverture du dernier Charlie Hebdo, on retrouve un dessin montrant un Dieu barbu, portant une kalachnikov et des vêtements couverts de sang avec la phrase : « Un an après, l'assassin court toujours. »

Cette publication coïncide avec l'anniversaire des attentats qui avaient fait 17 victimes en janvier 2015 et dont la commémoration occupe une partie de l'emploi du temps présidentiel toute la semaine.

Le dessinateur Riss, auteur de la couverture, rappelle dans un éditorial que l'attaque contre Charlie Hebdo était « justifiée » par les caricatures de Mahomet publiées par l'hebdomadaire en 2006.

En 2006, quand Charlie publia les caricatures de Mahomet, personne ne pensait sérieusement qu'un jour tout ça finirait dans la violence. Il n'était pas pensable qu'au 21e siècle, en France, une religion tue des journalistes. 

Une citation de :Le directeur de la publication, Riss, dans son éditorial

« La vérité, c'est que, dès cette époque, beaucoup espéraient qu'un jour quelqu'un viendrait nous remettre à nos places », ajoute Riss en mettant tous les « fanatiques » dans le même sac.

Il souligne qu'à l'époque des attentats, la rédaction de l'hebdomadaire satirique pensait que les « histoires de caricatures (...), c'était du passé ».

« Mais un croyant, surtout fanatique, n'oublie jamais l'affront fait à sa foi, car il a derrière lui et devant lui l'éternité. C'est ce qu'on avait oublié à Charlie. C'est l'éternité qui nous est tombée dessus, comme la foudre, ce mercredi 7 janvier », écrit Riss.

Il estime que Charlie Hebdo continuera à vivre, malgré les extrémistes religieux.

« Ce n'est pas eux qui verront crever Charlie. C'est Charlie qui les verra crever », souligne-t-il.

Une semaine de commémorations

François Hollande assistera dimanche à l'hommage rendu place de la République, dans le centre de Paris, aux victimes des attaques islamistes de janvier et de novembre 2015.

Ces commémorations seront le point final d'une semaine d'hommages, marquée également par les voeux de François Hollande à l'intention des forces de sécurité publique jeudi.

Mardi, le chef de l'État a participé au dévoilement de trois plaques à la mémoire des victimes des attaques contre l'hebdomadaire satirique et un commerce de produits cacher.

Samedi, il doit dévoiler une autre plaque en souvenir d'une policière tuée il y a un an à Montrouge (Hauts-de-Seine) par Amedy Coulibaly, l'auteur de la prise d'otages dans le magasin Hyper Cacher le 9 janvier 2015.

Le président français, François Hollande, et la mairesse de Paris, Anne Hidalgo, ont rendu hommage aux victimes des attentats de Charlie Hebdo et du supermarché Hyper Cacher.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président français, François Hollande, et la mairesse de Paris, Anne Hidalgo, ont rendu hommage aux victimes des attentats de Charlie Hebdo et du supermarché Hyper Cacher.

Photo : Benoit Tessier / Reuters

Dimanche matin, François Hollande est attendu place de la République pour une cérémonie organisée par la mairie de Paris et ouverte au public.

Plus d'un millier de personnes, des rescapés et des membres des familles des victimes, ont également été invitées, a-t-on appris auprès d'un porte-parole de la municipalité.

Le chanteur Johnny Hallyday a été convié à y interpréter une chanson de son répertoire.

La place de la République a été au coeur des manifestations organisées à la suite des attentats de janvier et, après le 13 novembre, le Monument à la République s'est transformé en mémorial improvisé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !