•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Femmes autochtones disparues ou assassinées : des consultations précipitées?

Des femmes autochtones assassinées ou disparues  Photo :  CBC/Radio-Canada

Des femmes autochtones assassinées ou disparues

Photo : CBC/Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est ce matin à Thunder Bay dans le nord-ouest de l'Ontario qu'ont lieu les premières consultations de l'année, en vue d'établir les bases de la Commission d'enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées.

Un texte de Martine LabergeTwitterCourriel

Des familles vont rencontrer deux ministres fédérales dans le cadre de ces consultations précommission. Le but est d'entendre les commentaires des familles afin de déterminer la structure de fonctionnement des audiences.

Certaines familles et leaders de communautés ont déjà des inquiétudes quant au déroulement de ces consultations.

C'est trop vite, pourquoi une telle hâte?

Une citation de :Maggie Cywink

Un crime toujours pas résolu

La soeur Maggie Cywink, Sonja, a été assassinée à London en Ontario en 1994. L'annonce de la tenue d'une enquête nationale sur les femmes autochtones disparues ou assassinées a d'abord réjoui la femme, membre de la Première Nation de Whitefish River. Mais elle estime que celle-ci est bien mal partie.

Je sens que les consultations sont mal organisées, j'ai l'impression qu'on va trop vite.

Une citation de :Maggie Cywink

Maggie Cywink explique que de nombreuses familles sont toujours en processus de deuil et que les consultations doivent se faire dans le respect des traditions autochtones. Selon elle, le gouvernement de Justin Trudeau veut remplir rapidement ses promesses.

Invitations sur le tard

Les invitations à ces consultations ont été acheminées aux organismes autochtones le 30 décembre par le secrétariat qui sera responsable de coordonner les travaux de la Commission d'enquête.

Un problème que dénoncent certaines familles et leaders autochtones puisque des personnes n'ont pu se rendre à Thunder Bay à temps pour participer. La ministre de la Condition féminine qui participe aujourd'hui aux consultations, Patty Hajdu, dit en être consciente.

Nous réfléchissons à ce problème et tentons de voir comment ajuster le tir pour que les familles puissent participer en grand nombre

Une citation de :Patty Hajdu, ministre de la Condition féminine

Trop d'implication?

Selon l'experte en commissions d'enquête publique, Kim Stanton, le gouvernement est déjà trop impliqué dans la phase de précommission. Elle estime qu'il est important que la Commission d'enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées soit menée d'une façon indépendante.

Elle reconnait l'engagement des ministres dans ce dossier, mais croit que cela pourrait nuire à la crédibilité de la commission d'enquête.

Voici une liste des autres consultations :

  • Yellowknife, Territoires du Nord-Ouest : 8 janvier
  • Whitehorse, Yukon : 11 janvier
  • Vancouver, Colombie-Britannique : 13 janvier
  • Prince George, Colombie-Britannique : 15 janvier

Le ministère indique que des consultations dans d'autres communautés seront annoncées prochainement. Ces consultations précommission ne sont pas ouvertes au public ni aux médias.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario