•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cancer : les jumeaux sont plus à risque si l'un des deux reçoit un diagnostic

Une étude rapporte qu'un jumeau a plus de chances de développer un cancer si l'autre en reçoit le diagnostic.

Une étude rapporte qu'un jumeau a plus de chances de développer un cancer si l'autre en reçoit le diagnostic.

Photo : Jessica Holden Photography

Radio-Canada

Les jumeaux seraient plus susceptibles de développer un cancer si l'un des deux en reçoit le diagnostic, rapporte une étude publiée mardi.

L'étude menée par des chercheurs de la faculté de santé publique de Harvard ainsi que des universités de Southern Denmark et d'Helsinki révèle aussi que les jumeaux développent souvent des cancers différents.

C'est en suivant plus de 200 000 paires de jumeaux monozygotes et dizygotes pendant près de 30 ans que les chercheurs en sont arrivés à ces conclusions.

Jumeaux monozygotes : un seul ovule est fécondé par un spermatozoïde et se divise en deux, donnant ainsi deux embryons identiques.

Jumeaux dizygotes : deux ovules sont fécondés par deux spermatozoïdes, donnant ainsi deux embryons différents, tels un frère et une soeur.

Des cancers ont été diagnostiqués chez 3316 paires de jumeaux.

De ce nombre, 38 % des jumeaux monozygotes partageaient un cancer similaire, contre 26 % pour les jumeaux dizygotes.

Ainsi, la majorité des diagnostics de cancer étaient différents entre les deux jumeaux. 

L'étude, publié dans le Journal of the American Medical Association, rapporte que lorsqu'un jumeau dizygote développe un cancer, son jumeau a 37 % de risque d'en développer un aussi. Pour les jumeaux monozygotes, le risque grimpe à 46 %.

Dans l'échantillon observé, le cancer qui présentait le plus grand risque d'être développé par l'autre jumeau était celui des testicules.

Le cancer : une histoire de génétique?

L'étude étend ses résultats aux jumeaux dizygotes étant donné que ceux-ci partagent la même génétique que leur frère ou soeur.

Globalement, le risque d'hériter d'un cancer est de 33 %, rapporte l'étude. Toutefois, certains sont plus sujets à être transmis, tels que les mélanomes (58 %) et le cancer de la prostate (57 %).

Les chercheurs ont conclut que leur étude, la plus vaste qui a été menée sur les jumeaux et le cancer, présentait surtout un portrait des risques de développer un cancer entres frères et soeurs afin d'aider à la prévention.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science