•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vivre sa passion sportive en fauteuil roulant

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le Téléjournal/Midi, 25 septembre 2009

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Téo Roy est atteint d'une condition neuromusculaire qui affecte principalement ses jambes. En raison de sa maladie, il se déplace soit en fauteuil roulant ou en béquilles.
Cela n'empêche pas le garçon de 10 ans d'être bien actif et de participer à toutes les activités qui l'intéressent.

Un reportage de Camille Gris RoyTwitterCourriel et de Radja MahambaCourriel

Il est 15 h 30 à la sortie de l'école Précieux-Sang à Winnipeg, et Téo Roy s'élance sur le trottoir. L'élève de 5e année s'en va rejoindre son poste de patrouilleur scolaire. « J'ai commencé ça cette année. Je fais patrouilleur pour aider la ville et l'école, pour rester en sécurité pendant l'hiver », lance-t-il fièrement.

Installé au coin de la ruelle, il fait la circulation pour ses camarades, avant de rentrer chez lui.

Puis à la maison, c'est l'heure des devoirs et de la préparation du repas avant la séance d'entraînement de basketball du soir.

Téo Roy et sa familleAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Téo Roy et sa famille

Photo : ICI Radio-Canada/Camille Gris Roy

Entre l'école et les activités de loisir, les journées de Téo sont remplies.

À 10 ans, il y a mille choses qui l'intéressent. « J'aime les cours d'éducation physique, j'aime faire de l'art et j'aime aussi le cours d'anglais. »

En tête de sa liste : les sports. « J'aime surtout le basketball en fauteuil roulant, le hockey et le soccer. » Le garçon pratique aussi le tennis l'été. « Il y a des choses que je peux faire pendant l'été comme pendant l'hiver. » Pour chacun de ces sports, il est équipé d'une chaise spéciale, adaptée au terrain et aux mouvements.

La chaise de basketball par exemple, a des roues penchées, placées à l'oblique.

Comme ça, ça va plus vite. Et les roues en avant sont plus petites, alors ça t'aide, c'est plus rapide.

Téo Roy

Ce mardi soir à l'entraînement, les participants - garçons et filles, tous d'âges différents - enchaînent plusieurs types d'exercices.

Téo pratique ce sport depuis déjà trois ans. « Ça fait tellement longtemps que j'ai oublié quand j'ai commencé », plaisante-t-il.

Depuis quelque temps, il a suffisamment grandi pour pouvoir atteindre le panier avec le ballon. Bientôt, il aura l'âge de faire des compétitions.

Dans sa vie de tous les jours, Téo Roy ne laisse pas sa maladie prendre le dessus.

« Des fois, je me sens un peu différent, mais des fois ça va, ça dépend, conclut-il. Il y a des activités que les personnes font que j'essaie de faire, et je suis bon. Mais il y en d'autres pour lesquelles je suis moins bon. » 

Téo Roy joue, à son entraînement de basketballAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Téo Roy joue, à son entraînement de basketball

Photo : ICI Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !