•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un réfugié de la guerre de Bosnie publie un livre pour aider les réfugiés syriens

Le reportage de Myriam Lortie
Radio-Canada

Un réfugié bosniaque arrivé à Trois-Rivières il y a 17 ans veut faire sa part pour aider les réfugiés syriens. Avec l'aide d'une amie illustratrice, il vient de publier un ouvrage intitulé Confession d'un enfant du XXIe siècle dont tous les profits serviront à faciliter l'intégration scolaire des jeunes réfugiés. 

Adis Simidzija est arrivé à Trois-Rivières en 1998 à l'âge de 10 ans. Sa mère, son frère et lui se sont réfugiés au Canada après la mort de son père pendant la guerre. Il est donc très bien placé pour comprendre le choc que vivront ces nouveaux arrivants.

Ses premières années au Québec n'ont pas été faciles.  « L'intégration, au-delà du langage qui s'est fait quand même assez rapidement, il y a le fait de savoir qui on est, d'où on vient », explique le jeune homme originaire de la Bosnie-Herzegovine aujourd'hui âgé de 27 ans.

Ces personnes-là ne repartent pas à zéro. Elles partent à -50

Adis Simidzija

C'est la littérature qui a facilité son intégration à l'époque. Il était donc tout à fait logique pour lui de passer par les livres pour aider les jeunes réfugiés syriens qui débarquent ces jours-ci au pays. Il a fait appel à son amie illustratrice, la Trifluvienne Aurélie Cinq-Mars pour créer ce livre dans lequel il partage son expérience sous la forme de nouvelles, des poèmes et des correspondances.

« On retrouve quand même une histoire de cette souffrance, cette difficulté à s'intégrer, lance-t-il, Et par quelles phases on passe dans cette tentative d'intégration, que ce soit par les idées suicidaires et les idées folles aussi. »

Les 100 premières copies du livre publié de façon indépendante avaient été vendues avant même que le livre ne soit imprimé. Il est possible de se procurer le livre en ligne sur la page Facebook Des livres et des réfugié-e-s (Nouvelle fenêtre) au coût de 15 $.

Adis Simidzija remettra lui-même les sommes amassées à des professeurs pour qu'ils achètent du matériel destiné aux réfugiés syriens.

D'après les informations de Myriam Lortie

Société