•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget 2016 de Sherbrooke : réaction froide des élus

Pierre Tardif, Hélène Dauphinais, Annie Godbout et Jean-François Rouleau, conseillers municipaux mécontents à Sherbrooke.
Photo: Marie-Hélène Rousseau, Radio-Canada
Radio-Canada

Les conseillers municipaux, même ceux alignés au maire Bernard Sévigny, ont réagi froidement à l'adoption du budget 2016, qui consacre une hausse de taxes de près de 5 %.

Un texte de Carl MarchandTwitterCourriel et Marie-Hélène RousseauTwitterCourriel

La conseillère Annie Godbout considère que les prévisions n'ont rien d'audacieux, pour paraphraser l'expression utilisée par le maire.

« Est-ce que c'est d'augmenter le fardeau fiscal des contribuables qui est audacieux? De mettre plus d'asphalte? » a-t-elle demandé, lors de la séance de lundi soir, rappelant que les familles ont eu beaucoup d'augmentations de tarifs à subir au cours de la dernière année.

On aurait dû travailler plus pour réduire nos dépenses et réduire le fardeau fiscal aux citoyens.

Hélène Dauphinais, conseillère municipale de Sherbrooke

La présidente du conseil de l'Arrondissement de Jacques-Cartier, Chantal L'Espérance, appuie le budget en tant que membre du comité exécutif. La conseillère indique cependant qu'il s'agit de l'exercice financier le plus difficile de toute sa vie d'élue municipale.

Ce n'est pas qu'on gère mal l'argent, c'est que l'argent, on n'en créer pas.

Chantal L'Espérance, conseillère municipale de Sherbrooke

Sa consoeur Nicole Bergeron appuie elle aussi le budget, mais à contrecoeur, non pas sans identifier deux éléments qu'elle juge responsables de la hausse du fardeau fiscal.

Bruno Vachon, président du conseil d'administration de la STS. Photo : Radio-Canada

« C'est avec une grande frustration que je le fais. Malgré toute la bonne volonté, il y a une très grande part de ce budget qu'on ne contrôle pas. Tout ce qui est en lien avec le coût de la main-d'œuvre et des régimes de retraite », a-t-elle affirmé, ajoutant par la même occasion qu'elle refusait d'abaisser le niveau de services aux citoyens.

« Personne n'est content de refiler une augmentation de taxe de 4,77 %, mais c'est une question de responsabilité. C'est pas vrai qu'on va refiler la facture à nos enfants », a pour sa part indiqué le conseiller Bruno Vachon.

Estrie

Politique municipale