•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Des combattants de l'EI paradent dans des camionnettes Toyota.

Des combattants de l'EI paradent dans des camionnettes Toyota.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des territoires qu'il contrôle en Syrie et en Irak, le groupe armé État islamique en a perdu 14 % durant l'année 2015. C'est ce que révèle une étude de l'institut IHS Jane's, basé à Londres, spécialisé dans les domaines de la défense et de la sécurité.

Selon le document publié sur son site web, IHS Jane's affirme que l'EI a perdu 12 800 km² entre le 1er janvier et le 14 décembre 2015. Le groupe contrôle aujourd'hui 78 000 km², selon l'étude.

L'une des importantes pertes de territoires de l'EI est la zone frontalière nord entre la Syrie et la Turquie. La région de Tal Abyad était l'un des principaux points de passage de la frontière turque pour l'EI.

« Nous avions déjà vu un impact financier négatif pour le groupe État islamique après la perte de contrôle de la frontière de Tal Abyad, et ce, avant la récente intensification des frappes aériennes contre les capacités de production pétrolière du groupe », note Columb Strack, l'un des analystes de l'IHS spécialiste du Moyen-Orient.

L'EI a perdu également des territoires importants comme Tikrit, en Irak, ou le complexe de la raffinerie de Baïji. De plus, la perte d'un tronçon d'autoroute entre Raqqa (Syrie) et Mossoul (Irak) a rendu difficile le transfert de biens et de combattants entre les deux villes.

En revanche, l'EI a gagné des territoires en 2015. En effet, le groupe armé a conquis une partie de l'ouest de la Syrie en passant par Palmyre et le centre-ville de Ramadi, en Irak.

Dans ce conflit syrien sanglant ou différents groupes s'affrontent, les Kurdes syriens ont presque triplé leur zone (+186 %) qui s'étendait mi-décembre à 15 800 km².

De son côté, le régime syrien a perdu 16 % des territoires qu'il contrôle, mais il est parvenu à récupérer « une partie de ses pertes territoriales subies en début d'année grâce à l'intervention militaire russe en septembre », selon l'étude.

État islamique, le règne de la terreur
Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !