•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Philippe Couillard fait son bilan de 2015 pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean

Philippe Couillard en entrevue avec Roger Lemay

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, affirme que le Sommet économique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui s'est déroulé en juin à Alma, produit déjà ses effets dans la région.

Un texte de Chantale DesbiensTwitterCourriel

Onze groupes de travail ont été formés à la suite du sommet. Le premier ministre Couillard souligne que déjà, le développement d'une filière de la fourrure nordique a été annoncé avec, entre autres, un investissement de 235 000 $ pour une formation en taxidermie.

Le député de Roberval cite aussi la création possible de 300 emplois au Lac-Saint-Jean en raison de la mise en disponibilité des volumes de bois de l'usine Louisiana Pacific à Chambord.

Il rappelle que quatre entreprises, dont Elkem Metal, Valibois et la Scierie Dion et fils, ont été retenues pour utiliser ce bois et favoriser le développement d'une filière feuillue dans la région.

« Tout le bois va être utilisé, tout le bois va rester au Saguenay-Lac-Saint-Jean, indique M. Couillard. Maintenant, il y a encore quelques semaines de travail pour que ces projets-là attachent leur financement. On demande qu'il y ait du financement privé pour chacun d'entre eux et on peut donner un coup de main avec Investissement Québec quand il en manque un petit bout. »

Gaz naturel liquéfié

Par ailleurs, le premier ministre donne son appui au projet de terminal d'exportation de gaz naturel liquéfié aux installations portuaires de Grande-Anse. Selon Philippe Couillard, le projet privé de 7 milliards de dollars cadre dans le développement d'une énergie de transition.

Il affirme que GNL Québec, qui travaille à la réalisation du projet Énergie Saguenay, se comporte de façon exemplaire en consultant les élus et les citoyens.

« D'autres auraient avantage à prendre modèle sur cette façon de faire, dit-il. Il y aura bien sûr des évaluations environnementales à tenir, mais déjà, quand on bâtit un consensus régional comme ils sont en train de faire, ça part mieux les choses. »

Élection partielle dans Chicoutimi

Le premier ministre Couillard n'a pas caché qu'il aimerait que le Parti libéral du Québec (PLQ) fasse une percée dans Chicoutimi, où une élection partielle devra être déclenchée en 2016 à la suite de la démission de Stéphane Bédard.

Le PLQ n'a pas fait élire de représentant dans la circonscription depuis 1934. Philippe Couillard mentionne que l'écart entre le représentant de son parti et Stéphane Bédard, en 2014, n'était que de 1605 voix.

La dernière élection, on est passé très près de remporter la circonscription. Cette année, on va encore faire le plus d'efforts possible avec la meilleure candidature possible. On est là-dedans, dans cette réflexion-là.

Philippe Couillard

Relations de travail difficiles

Le député de Roberval est revenu sur deux dossiers de relations de travail qui ont marqué l'actualité du Saguenay-Lac-Saint-Jean au cours de la dernière année.

Philippe Couillard a une fois de plus déploré le long conflit de travail qui touche 25 concessionnaires automobiles de la région et leurs 450 employés de garage.

La contestation de laloi 71 par les concessionnaires ne l'inquiète pas. « On verra les décisions des tribunaux, mais nous on est très confiant que notre loi est très solide sur le plan constitutionnel et sur le plan légal. Elle a un caractère exceptionnel. C'est exceptionnel pour le gouvernement d'intervenir dans un conflit privé. C'est très rarement fait, mais au bout de trois ans de lock-out avec des familles affectées, avec une économie régionale qui s'en est ressentie, il fallait qu'on intervienne », ajoute M. Couillard.

Dans le dossier des négociations entre Rio Tinto et les travailleurs de la division Énergie électrique, le premier ministre réitère le souhaite que les parties en viennent à une entente. « C'est une industrie qui est fragilisée. Il ne s'agit pas de la fragiliser davantage par des conflits de travail qui persistent », affirme-t-il.

Accueil de réfugiés

Le premier ministre confirme également qu'il se prépare à parrainer une famille de réfugiés syriens au début de 2016, mais qu'il ne veut pas qu'elle soit l'objet de l'attention médiatique. « Je ne veux surtout pas que ces gens, quand ils vont arriver chez nous, qu'ils soient suivis à la trace par les médias », dit-il.

Philippe Couillard précise qu'il souhaite montrer que l'accueil des réfugiés ne touche pas seulement les grandes villes comme Montréal et que les régions ont besoin de l'apport de l'immigration, notamment pour la main-d'œuvre.

« Le gros défi des prochaines années, ce ne sera pas tellement le défi du chômage comme ç'a été dans les dernières décennies, ça va être le défi de trouver de la main-d'œuvre qualifiée pour nos entreprises. On en voit déjà certains signes », conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique