•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accueil de réfugiés : des artistes de l'Acadie et du Tchad renversent des barrières

Mathieu Chouinard et Taigue Ahmed

Les artistes Mathieu Chouinard et Taigue Ahmed en répétition

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un comédien acadien et un danseur tchadien proposent un projet d'art social à grande portée dans le contexte de l'intégration des réfugiés dans leur pays d'accueil.

Le projet auquel travaillent le comédien acadien Mathieu Chouinard et le danseur-chorégraphe tchadien Taigue Ahmed s'intitule « Pour un oui, pour un nez ». L'hiver prochain, ils iront présenter le spectacle dans des camps de réfugiés au Tchad.

« Ces gens-là qu'on appelle réfugiés, déplacés, migrants, on peut donner tous les titres qu'on veut, mais avant tout, ce sont des individus qui ont une histoire, qui ont une culture. Mais c'est aussi de donner un espace à ces gens-là pour s'exprimer. C'est sûr que la danse, le théâtre, ce sont des moyens d'ouvrir des portes », souligne Mathieu Chouinard.

Danseur professionnel, Taigue Ahmed oeuvre auprès des réfugiés depuis dix ans. Ce travail l'a mené dans plusieurs pays d'Afrique et d'Europe.

Quand on dit réfugié, camp des réfugiés, ils sont éloignés, ils sont à 30 km, 15 km des villes autochtones, il y a une barrière. Et quand on crée des activités entre les réfugiés et les autochtones, ça permet d'intégrer les réfugiés dans la ville sociale et tchadienne. Et le réfugié se sent mieux et en confiance.

Une citation de :Taigue Ahmed

Pour ce projet, les deux comparses proposent une combinaison de danse, de théâtre physique et clownesque. L'objectif est de donner une parole, apporter un sourire, ouvrir la discussion.

« Au Tchad, tu es dans un pays aussi où l'art a vraiment une vocation sociale claire. Donc, ça devient vraiment une façon [d'aborder] des sujets sensibles comme le VIH, l'exploitation sexuelle. Mais vu qu'on a bougé ensemble, vu qu'on a ri ensemble. Il y a comme un climat de confiance en fait qui est installé », affirme Mathieu Chouinard.

C'est une rencontre, un spectacle et un projet d'actualité.

Je pense que de faire ce projet, c'est un geste politique à la base. On propose un projet de collaboration entre des gens qui à la base ne se connaissent pas, qui viennent de situations, d'univers complètement différents.

Une citation de :Mathieu Chouinard

Le projet a une grande portée. « C'est positif de les voir zen, relâchés, s'exprimer, dire des choses sans avoir peur », ajoute Taigue Ahmed

D'après un reportage de Janie Mallet

Reportage de Janie Mallet sur le projet d'art social à grande portée « Pour un oui, pour un nez »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !