•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas question de centraliser les soins à Rimouski, assure le ministre Barrette

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, tente de se faire rassurant auprès de ceux qui craignent la centralisation de certains soins de santé à Rimouski, en raison de la loi 10. Des élus et des professionnels de la santé disent notamment craindre la fermeture de blocs opératoires à Matane et Amqui.

Le ministre Barrette assure maintenant qu'il n'a jamais été question de fermer des salles d'opération.

Moi je vous dis formellement que je n'ai pas ce projet-là sur ma table. Je ne l'ai pas à Matane, je ne l'ai pas dans aucun autre endroit dans votre région. 

Gaétan Barrette, ministre québécois de la Santé

Malgré une gestion des soins centralisée à Rimouski, il ajoute que les services de proximité doivent demeurer.

« À  Amqui, il va toujours avoir un bloc opératoire, la grosseur de la ville le justifie, explique le ministre. Le niveau d'activité est celui d'une ville de la grosseur d'une ville et c'est tout à fait normal. »

Le ministre Barrette déplore la sortie du député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé.

« Non, demain il n'y aura pas un neurochirurgien à Matane, ça tombe sous le sens vous allez me dire, mais c'est la même chose pour l'orthopédie et c'est dans ce contexte-là que c'est dommage qu'il y ait un député dans le coin qui effraie la population sur ces prémisses-là qui n'existent pas », conclut le ministre Barrette.

Pas convaincus à Amqui et Matane

Le député de Matane-Matapédia, Pascal BérubéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé

Photo : Radio-Canada

Les propos du ministre de la Santé ne semblent pas rassurer les élus qui sont montés aux barricades.

« Ça fait huit ans que je suis député, j'en ai entendu plusieurs des ministres avec des réformes et dans ce cas-là, il est évident qu'il ne pourrait pas répondre autre chose que ça, lance le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé. Lorsqu'on sera confronté au fait, il sera trop tard pour se mobiliser et réagir. »

Le chirurgien à la retraite Didace Bourgeois, qui a pratiqué 35 ans à Amqui, reste aussi sur ses gardes.

« On n'a plus de conseil d'administration, on n'a plus de directeur général, tout se fait à Rimouski, rappelle monsieur Bourgeois. Puis on n'a plus de directeur des services professionnels. Qu'est-ce qui reste? Il reste une boîte avec des gens là-dedans. Ils ne peuvent pas prendre aucune décision. »

Le maire de Matane suggère même de décentraliser les services offerts à Rimouski vers les autres centres de santé de la région, afin de mieux répondre aux besoins des citoyens, partout sur le territoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Santé