•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Superclinique à Cloutier-du-Rivage : le dg du CIUSSS dit non, le député dit oui

Centre Cloutier-du-Rivage
Radio-Canada

Le projet de superclinique au centre Cloutier-du-Rivage à Trois-Rivières sème toujours la discorde au sein de la classe dirigeante. Le directeur général du CIUSSS-MCQ dit qu'il n'est pas dans ses plans, mais le député de Champlain rappelle que ce n'est pas lui qui décide.

Le député libéral de Champlain, Pierre-Michel Auger, s'est dit très étonné de la sortie publique de Martin Beaumont, le directeur du CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, qui a dit mercredi que Cloutier-du-Rivage ne faisait pas partie de son « plan de match ».

« C'est le ministre de la Santé qui va décider, rappelle Pierre-Michel Auger. On ne peut pas pour le moment exclure Cloutier-du-Rivage pour qu'il devienne une superclinique ».

Des discussions en cours avec les médecins

Plus tôt cet automne, des médecins s'étaient montrés réticents au projet de superclinique au centre Cloutier-du-Rivage. Le député Pierre-Michel Auger dit « travailler là-dessus » et être présentement en discussion avec les médecins.

Le président de l'Association des médecins omnipraticiens de la Mauricie, Dr Pierre Martin, qui planche lui aussi sur un projet de superclinique dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine, avait répliqué que le projet présenté à Cloutier-du-Rivage n'était pas conforme « à ce que l'on pense que va être éventuellement une clinique réseau ».

Dr Pierre Martin avait aussi tenté de calmer l'affaire en disant que l'incertitude entourant le site de la future superclinique dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine survenait alors même que les critères de création de ces fameuses supercliniques n'étaient même pas encore arrêtés.

Les médecins comptent se plier à la décision du ministre de la Santé, quelle qu'elle soit.

Des supercliniques pour désengorger le système

Lors de la dernière campagne électorale provinciale, les libéraux avaient promis de créer 50 supercliniques, aussi baptisées groupes de médecine de famille réseau, (GMF-R), afin de désengorger le reste du système de santé. Elles auront pour mission de traiter des cas nécessitant une investigation ou une intervention médicale.

Les supercliniques, en bref :

  • Ouvertes sept jours sur sept
  • Engagement à voir les patients à l'intérieur d'un délai de deux heures
  • De 30 à 40 médecins travaillant avec des infirmières, des physiothérapeutes, des nutritionnistes et des psychologues
  • Ententes avec des spécialistes qui pratiqueraient à l'intérieur de la clinique
  • Services de radiologie accessibles immédiatement
  • Services de laboratoire avec résultats dans les 24 heures

Avec les informations de Marie-Ève Cousineau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Société