•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'île de Montréal compte 2 millions d'habitants

Vue aérienne de la ville de Montréal

Vue aérienne de la ville de Montréal

Photo : Istock

Radio-Canada

La population des 16 villes de l'île de Montréal a déjà franchi ou franchira bientôt le cap des 2 millions d'habitants, selon l'Institut de la statistique du Québec. Cette population représente presque le quart des quelque 8,2 millions de Québécois.

Un texte de Benoît ChapdelaineTwitterCourriel

Selon le dernier bilan démographique publié en décembre, 1,988 million de personnes habitaient dans la région administrative de Montréal le 1er juillet 2014. Or, comme la population augmente en moyenne de 15 000 à 20 000 personnes par année, elle devrait avoir déjà franchi le cap des 2 millions.

La démographe Chantal Girard, de l'Institut de la statistique du Québec, est cependant prudente, car il ne s'agit pas de données définitives et que le recensement fédéral de 2016 donnera un portrait plus juste de la réalité.

« Selon les taux de croissance qu'on a observés, on devrait être près du 2 millions soit vers la fin de 2015 ou au début 2016, c'est difficile de fixer un moment, mais on sait qu'on s'approche de ce seuil-là, le 2 millions pour l'île de Montréal », dit Mme Girard.

Peu de naissances, nombreux immigrants

Avec un indice de fécondité de 1,5 enfant par femme en 2014, il y a moins de naissances, toutes proportions gardées, à Montréal que presque partout ailleurs au Québec. Et la ville perd chaque année une partie de ses citoyens au profit de la banlieue, quoique le mouvement ait ralenti ces dernières années, passant de plus de 20 000 pertes migratoires à environ 15 000 en 2013-2014.

« Dans les régions autour, il y a encore des gains importants, mais moins marqués. La région de Lanaudière, par exemple, a déjà fait des gains annuels autour de 7000 personnes dans ses échanges migratoires alors qu'on était plutôt autour de 2500 pour l'année 2013-2014. La région des Laurentides aussi a déjà eu des gains autour de 7000 alors que c'était plutôt 4000, 5000 en 2013-2014 », explique Mme Girard.

C'est donc essentiellement l'arrivée d'immigrants qui fait augmenter la population à Montréal.

« Dans les échanges migratoires internationaux, Montréal est une grande gagnante, la majorité des nouveaux arrivants s'installent sur l'île de Montréal. Par contre, dans ses échanges avec les autres régions, Montréal a plutôt tendance à perdre des habitants, donc la dynamique se construit un peu comme ça », poursuit la démographe.

Une région qui vieillit moins vite que les autres

La région de Montréal se caractérise entre autres par la jeunesse relative de ses habitants. L'âge médian, qui divise la population en deux parties égales, y est de 38,5 ans, alors qu'il est de presque 42 ans au Québec.

« Montréal est une région qui vieillit moins vite que les autres. Le pourcentage des 65 ans et plus est autour de 16 % actuellement à Montréal. On s'attend à ce qu'il progresse jusqu'à 21 % en 2036 alors que dans les régions autour (Laval, Lanaudière, Laurentides, Laval et Montérégie) on serait plutôt autour de de 24 à 27 % pour une moyenne au Québec de 26 %. La population vieillit moins rapidement sur l'île de Montréal parce que le renouvellement se fait par des groupes d'âge qui sont plus jeunes. »

Une population plus jeune donc, mais qui célébrera en 2017 les 375 ans de Montréal. Et si la tendance se maintient, la population de la région administrative de Montréal atteindra 2,224 millions... en 2036.

Société