•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entente Québec-front commun syndical conclue, on attend les détails

Les précisions de Cathy Senay
Radio-Canada

Au terme d'un blitz de plus de 13 heures de pourparlers au bureau du président du Conseil du trésor, le front commun du secteur public et le gouvernement du Québec ont conclu jeudi une entente de principe globale à la table centrale. 

Les détails n'ont pas été communiqués, mais Radio-Canada a appris que les augmentations salariales pourraient avoisiner les 9 % à 10 % sur cinq ans et que l'âge minimal de la retraite serait fixé à 61 ans.

Selon des informations obtenues auprès de plusieurs sources, l'entente de principe comprend le versement d'un montant forfaitaire d'environ 500 $ cette année (soit environ 1 %). Pour l'an prochain, l'augmentation de salaire serait de 1,5 %, de 1,75 % en 2017 et de 2 % en 2018.

Pour la dernière année de la convention collective, en 2019, le gouvernement verserait un autre montant forfaitaire, qui tournerait autour de 250 $ (soit environ 0,5 %), auquel il faut ajouter la relativité salariale, estimée à 2,4 % (mais qui s'appliquera inégalement aux employés).

En additionnant les gains obtenus par certains dans le cadre des ententes sectorielles, les augmentations de salaire pourraient avoisiner les 10 % pour une partie des syndiqués, ce qui permettrait de préserver d'une certaine façon leur pouvoir d'achat. Ce frein à l'appauvrissement était d'ailleurs un objectif du front commun intersyndical.

Les chiffres de l'entente salarialeLes chiffres de l'entente salariale Photo : ICI Radio-Canada

Le premier ministre Philippe Couillard a quant à lui confirmé vendredi matin au micro du 98,5 FM que les employés de l'État verraient leur salaire grimper d'au moins 9 % d'ici cinq ans, si on tient compte des sommes à être versées dans le cadre des ententes sectorielles conclues avec certains groupes de syndiqués.

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, Québec et le front commun ont aussi trouvé un compromis sur l'âge minimal de la retraite, le fixant à 61 ans.

Long blitz

Amorcée mercredi à la demande du président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, la dernière ronde de négociations entre Québec et les cinq chefs des syndicats du front commun, qui représentent 400 000 des 550 000 employés de l'État, portait sur les hausses salariales et l'âge de la retraite.

C'est la présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Louise Chabot, qui a été la première à faire part du dénouement positif des négociations, dans une brève déclaration aux médias, jeudi après-midi.

« Nous sommes en mesure d'annoncer une entente de principe, que nous allons recommander assez rapidement à nos instances », a-t-elle dit, soulignant que le travail entre les parties avait été « rigoureux et fructueux ».

Louise Chabot, présidente de la CSQ, à Québec, le 17 décembreLouise Chabot, présidente de la CSQ, à Québec, le 17 décembre

Mme Chabot est ensuite partie sans donner plus de précisions et sans répondre aux questions des journalistes.

Vendredi, les délégués de la CSQ, réunis à Montréal, ont accepté à la majorité l'entente de principe conclue entre le front commun du secteur public et le gouvernement et la recommanderont à leurs membres. 

Le comité exécutif du Syndicat québécois des employées et des employés de service (FTQ) a annoncé qu'il ferait la même recommandation à ses membres.

« C'est une bonne nouvelle », a pour sa part affirmé le ministre Martin Coiteux jeudi, vantant des pourparlers « tout à fait constructifs ».

Globalement, on a fait des choses qui sont certainement très positives et qui respectent le cadre budgétaire.

Martin Coiteux, président du Conseil du Trésor

Lui aussi a été avare de détails, préférant laisser le soin aux syndicats de présenter l'entente à leurs instances.

Ce n'est d'ailleurs qu'à l'issue de ce processus que les détails de l'accord de principe seront présentés au cours d'une conférence de presse, ce qui pourrait survenir samedi.

Le long chemin de la négociation

L'offre initiale du gouvernement, qui avait ensuite été modifiée, consistait en un gel salarial de deux ans suivi d'augmentations salariales de 1 % pour les trois années suivantes. Les syndicats réclamaient pour leur part des augmentations de 4,5 % par année pendant trois ans.

Mercredi matin, Martin Coiteux affirmait que le cadre financier du gouvernement dans cette négociation était « parti à 3 % » pour atteindre 7,5 %, un chiffre alors contesté par les syndicats. Ils faisaient valoir que la relativité salariale offerte la cinquième année, en 2019, ne profiterait pas à tous les employés de l'État.

Selon les informations de mercredi, le gouvernement Couillard avait mis de l'eau dans son vin à propos de l'âge de départ à la retraite des employés de l'État, un important point d'achoppement avec les syndicats qui souhaitaient qu'il soit maintenu à 60 ans. Le gouvernement voulait dans un premier temps hausser l'âge de la retraite à 62 ans à compter du 1er juillet 2019, avant d'accepter de le fixer à 61 ans.

Le front commun est constitué de la CSN, de la FTQ et du Secrétariat intersyndical des services publics (CSQ), l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux et Syndicat de la fonction publique du Québec.

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, qui représente la majorité des infirmières, la Fédération autonome de l'enseignement, qui représente des enseignants du primaire et du secondaire, et le Syndicat regroupant l'ensemble des professionnels du gouvernement du Québec ne font pas partie de ce front commun.

Avec les informations de Sébastien Bovet

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique