•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'UPAC arrête un entrepreneur pour fraude fiscale à l'endroit de l'Hôpital général juif

Hôpital général juif
Photo: Radio-Canada

Le commissaire à la lutte contre la corruption, Robert Lafrenière, a annoncé l'arrestation de Gilbert Leizerovici dans la foulée d'une enquête de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) et de Revenu Québec sur de présumés cas de fraude fiscale dans le domaine de la construction. Il fait face à 65 chefs d'accusation.

On lui reproche notamment d'avoir surfacturé l'Hôpital général juif pour des travaux effectués à l'extérieur de l'établissement.

L'entrepreneur est passible d'une peine d'emprisonnement de 2 ans moins 1 jour et risque des amendes minimales totalisant près de 310 000 $.

Accusée des mêmes infractions, sa compagnie R.A. Rénov-Action s'expose à des amendes minimales de plus de 120 000 $.

L'existence de cette enquête avait été révélée l'an dernier par l'émission Enquête.

Un ouvrier avait affirmé qu'il s'était rendu travailler, pendant ses heures de travail facturées à l'Hôpital, chez certains cadres de la haute direction de l'établissement hospitalier.

Selon les informations qu'avait Radio-Canada à l'époque, l'UPAC s'intéressait aussi à la construction de la salle d'urgence logée dans le pavillon K, où d'autres irrégularités ont été découvertes.

Deux cadres de l'Hôpital, Kotiel Berdugo et Philippe Castiel, avaient démissionné dans la controverse.

En octobre dernier, une trentaine de chefs d'accusation ont été déposés contre six personnes, dont un autre cadre de l'Hôpital général juif, Jeffrey Fields, et trois sous-traitants pour leur participation à un stratagème de fausses factures entre 2008 et 2013, selon des informations de divers médias montréalais.

Gilbert Leizerovici était désigné comme l'instigateur du stratagème.

Identifié comme coconspirateur, Kotiel Berdugo n'avait pas été accusé.

L'Hôpital tentera de récupérer son argent

L'Hôpital général juif collabore avec les autorités dans ce dossier, affirme la porte-parole de l'établissement de santé, Stephanie Malley. Si R.A. Rénov-Action est trouvée coupable, l'Hôpital fera le nécessaire pour tenter de récupérer les sommes perdues, ajoute-t-elle.

Grand Montréal

Société