•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Raif Badawi : le ministre Stéphane Dion réclame la clémence auprès de son homologue saoudien

Manifestación en apoyo Raif Badawi Photo: Sébastien Vachon
Radio-Canada

Stéphane Dion a profité de la présence du ministre des Affaires étrangères du Royaume d'Arabie saoudite, Adel Al Jubeir, à Ottawa ce jeudi pour glisser un mot sur le sort réservé à Raif Badawi. Le diplomate en chef du Canada a soulevé la question plus générale des droits de la personne en Arabie saoudite et s'est exprimé sur le cas du blogueur qui y est emprisonné depuis 2012.

J'ai signalé que le gouvernement espère la clémence dans ce cas précis.

Stéphane Dion, ministre des Affaires étrangères du Canada

La visite du diplomate saoudien avait pour but de resserrer les liens entre le Canada et l'Arabie Saoudite. « La prise d'engagements avec nos partenaires internationaux sert les intérêts du Canada, et je suis impatient de continuer à renforcer cette importante relation, ainsi que nos fructueux échanges commerciaux bilatéraux et nos liens solides avec les 16 000 Saoudiens poursuivant leurs études au Canada », soutient Stéphane Dion.

Trudeau pas prêt à intervenir

Hier, en entrevue avec La Presse Canadienne, le premier ministre Justin Trudeau disait ne pas être prêt à prendre le téléphone pour réclamer personnellement auprès des autorités saoudiennes la libération du blogueur Raïf Badawi.

Pourtant, à l'époque où les libéraux étaient dans les banquettes de l'opposition, des députés devenus ministres - Marc Garneau et Stéphane Dion - exhortaient l'ancien premier ministre Stephen Harper à appeler Riyad afin de faire pression directement auprès du roi d'Arabie saoudite.

La conjointe du blogueur, qui s'est réfugiée à Sherbrooke au Québec avec ses trois enfants, a interpellé Justin Trudeau peu après que les troupes libérales eurent été portées au pouvoir. Ensaf Haidar a imploré le premier ministre de parler « directement » avec le gouvernement saoudien pour lui demander de gracier son mari.

Raif Badawi, a été condamné à 1000 coups de fouet et 10 ans d'emprisonnement pour avoir prôné la libéralisation du régime saoudien sur son blogue.

Le Parlement de l'Union européenne a décerné le prix Sakharov 2015 à Raïf Badawi. Son épouse est allée cueillir mercredi à Strasbourg, en France, la prestigieuse récompense remise aux personnes ayant apporté une contribution exceptionnelle à la lutte pour les droits de l'homme dans le monde.

Avec les informations de La Presse canadienne

International