•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un sursis pour les vapoteurs ontariens

La cigarette électronique ne serait peut-être pas si inoffensive qu'on le croit
La cigarette électronique ne serait peut-être pas si inoffensive qu'on le croit Photo: ICI Radio-Canada
Radio-Canada

La province n'interdira pas l'utilisation des cigarettes électroniques dans les lieux publics, comme elle avait prévue le faire, dès le 1er janvier. La ministre associée de la Santé et des Soins de longue durée, Dipika Darmela, croit que la loi n'est pas prête.

Un texte d’Alex BoissonneaultTwitterCourriel

À son avis, des consultations sont encore nécessaires pour encadrer le vapotage, mais aussi pour apporter des précisions à la section de la loi qui concerne la consommation de marijuana médicale en public.

La ministre Darmela avait suscité la controverse le mois dernier en affirmant qu'elle avait l'intention de permettre à ceux qui consomment du cannabis pour des raisons de santé, de fumer n'importe où, y compris au travail et dans les restaurants.

Le co-propriétaire de VapeMeet, Charlie Pisano, ne s'oppose pas à l'idée d'interdire le vapotage en public. Mais il espère que la province reviendra sur sa décision d'interdire à ses clients d'utiliser ses produits à l'intérieur de son commerce.

Selon lui, les cigarettes électroniques offrent une alternative positive au tabac et la province devrait encourager les fumeurs qui veulent changers leurs habitudes.

L'Ontario interdira toutefois comme prévu la vente de cigarettes électroniques ou de ses produits dérivés aux moins de 19 ans, dès le jour de l'an.

Elle compte aussi bannir certains tabacs aromatisés et augmenter les amendes pour ceux qui contreviennent à la section qui concerne la vente aux mineurs dans la loi favorisant un Ontario sans fumée.

Ontario

Politique provinciale