•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau évoque la charte des valeurs en commentant des propos de Trump

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, participant à une conversation devant public organisée par le magazine Maclean's.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, participant à une conversation devant public organisée par le magazine Maclean's.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Justin Trudeau s'est aventuré à parler du défunt projet de charte des valeurs québécoises lors d'un entretien accordé au magazine canadien-anglais Maclean's, mercredi. Une audace d'autant plus notable que le premier ministre canadien répondait à une question portant sur le candidat à l'investiture républicaine Donald Trump.

Quand un membre de l'auditoire et une journaliste lui on demandé s'il entendait condamner « la rhétorique raciste » de Donald Trump, qui préconisait la « fermeture totale » des États-Unis aux musulmans souhaitant s'y rendre, M. Trudeau a affirmé qu'il s'opposait fermement aux politiques de division, de peur et d'intolérance.

« Je me suis positionné clairement contre ça dans la charte des valeurs, ces enjeux de division mis de l'avant par la précédente première ministre du Québec », a-t-il dit. Et il a enchaîné en rappelant qu'il s'était tout aussi fermement positionné contre « le précédent gouvernement [fédéral] qui jouait à des jeux dangereux avec des enjeux portant sur les voiles et la citoyenneté ».

Par cette dernière référence, le premier ministre évoquait la controverse suscitée par le gouvernement de Stephen Harper relativement au port du niqab lors des cérémonies de citoyenneté. En pleine campagne électorale, les conservateurs avaient promis de déposer, s'ils étaient réélus, un projet de loi pour forcer la prestation du serment de citoyenneté à visage découvert.

Rappelons, en ce qui concerne la charte des valeurs, que le gouvernement de Pauline Marois avait déposé, en novembre 2013, un projet de loi sur la « Charte affirmant les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l'État ainsi que d'égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d'accommodements ». Le projet de loi en question comprenait l'interdiction, fort controversée, du port de signes religieux ostentatoires dans la fonction publique.

La diversité est une force

Dans ses propos tenus lors de l'événement organisé par Maclean's, Justin Trudeau a affirmé qu'à son avis, le Canada et toute autre société moderne tirent avantage à comprendre que la diversité est une source de force. Les éléments qui font de nous des êtres semblables sont toujours plus nombreux que ceux qui font de nous des êtres différents, a-t-il dit en substance.

« Si nous permettons à un politicien de remporter du succès en faisant peur au monde, nous ne serons pas plus en sécurité. La peur ne fait pas en sorte que nous soyons plus en sécurité, elle fait en sorte de nous rendre plus faibles. »

— Une citation de  Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le premier ministre du Canada affirme aussi que les musulmans sont, actuellement, les plus grandes victimes d'actes terroristes dans le monde. « Le fait de dépeindre l'État islamique et d'autres de manière à englober, avec eux, l'ensemble des musulmans » est non seulement une marque d'ignorance, mais aussi une marque d'irresponsabilité, a-t-il conclu.

Cela dit, M. Trudeau se dit prêt à composer avec quiconque sera élu à la présidence des États-Unis. À ses yeux, il est important d'agir ainsi pour « les Canadiens, les emplois au Canada et la prospérité ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !