•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fêter Noël avec des réfugiés en Jordanie

La famille McLean : Abigail, Kaily, Courney, Ryan, Katherine, Paul et Willette
La famille McLean : Abigail, Kaily, Courney, Ryan, Katherine, Paul et Willette Photo: ICI Radio-Canada
Radio-Canada

Une famille de l'arrondissement Lennoxville de Sherbrooke se prépare à vivre un Noël dont elle se souviendra longtemps. Les McLean quitteront le Canada jeudi pour se rendre à Amman, en Jordanie où ils iront passer le temps des Fêtes avec une famille de réfugiés irakiens qu'ils souhaitent parrainer.

Un texte de Geneviève ProulxTwitterCourriel

« On s'est dit que nous aiderions ces gens qui n'ont pas beaucoup d'argent. Nous allons leur donner la possibilité de vivre un Noël traditionnel, explique le père de la famille, Paul McLean. Nous les encouragerons, nous essaierons de leur donner espoir. Nous voulons écouter leurs histoires, les challenges qu'ils ont. »

Avec l'organisme Canadian Global Response, les McLean fêteront Noël avec des réfugiés privés de travail, dont les enfants ne peuvent aller à l'école.

Ce n'est pas la première fois que la famille de Sherbrooke se rend à l'étranger à Noël pour donner à des moins bien nantis. Ils sont déjà allés en Haïti, au Rwanda et au Népal. Des expériences inoubliables, comme ce 25 décembre passé dans un bidonville de Kingston en Jamaïque.

Ç'a été notre meilleur voyage. On a décidé de le faire encore cette année. Pas de Noël, pas de cadeau pour nous. Nous donnerons notre Noël à cette famille. C'est une richesse que tu ne peux pas obtenir d'une autre façon.

Paul McLean

Jouer au père Noël

Les McLean arriveront à Amman les bras chargés : des jeux sont entassés dans leurs valises pour les réfugiés qu'ils iront visiter. Rendus sur place, d'autres achats seront faits. Au total, la communauté a amassé 2000 $ pour ajouter des cadeaux sous le sapin.

Des jeux et des jouets amassés par la famille McLean pour les réfugiésDes jeux et des jouets amassés par la famille McLean pour les réfugiés Photo : ICI Radio-Canada

Le lendemain de leur arrivée en sol jordanien, les Sherbrookois inviteront une centaine de personnes à se joindre à eux dans une église qu'ils ont louée pour l'occasion.

« Nous célébrerons Noël comme ils le font traditionnellement. On ne veut pas amener le Noël de l'Amérique du Nord. Nous voulons leur dire qu'ils ne sont pas oubliés. Qu'ils sont importants. C'est pour leur dire qu'on les aime, que Jésus les aime, qu'on n'a pas peur d'eux. Il y a beaucoup de bonnes personnes qui sont réfugiées là-bas. À Noël, il ne faut pas oublier ça », rappelle Paul McLean.

L'aîné de la famille, Ryan, lui, voit le voyage comme un important partage.

Quand on part, on pense qu'on s'en va donner de l'espoir, de la joie, que nous allons les aider. Mais ce qu'on ne sait pas, c'est que ce sont eux qui vont nous toucher autant, sinon plus.

Ryan McLean

Ce voyage est entièrement défrayé par les McLean. Au total, ils évaluent le projet à près de 20 000 $.

Surveillez la page d'ICI Radio-Canada Estrie pour suivre le périple de la famille McLean en Jordanie.

Une future famille canadienne

Si la famille McLean se rend en Jordanie avec des cadeaux dans ses bagages, elle espère revenir avec une autre famille à ses côtés, la famille Barbar, parrainée depuis août dernier par l'église Hope Community.

La famille Barbar, des réfugiés qui sont attendus à SherbrookeLa famille Barbar, des réfugiés qui sont attendus à Sherbrooke Photo : Courtoisie, Paul McLean

« Nous avons tellement hâte qu'ils viennent nous retrouver ici pour commencer une nouvelle vie », lance Willette McLean.

« On va demander à l'ambassade canadienne si c'est possible de les ramener avec nous dans l'avion! » ajoute son époux.

Selon les informations obtenues, la famille Barbar a déjà été approuvée par le gouvernement du Québec. « Habituellement, les délais sont de 24 mois, mais avec le projet du gouvernement d'accueillir 25 000 réfugiés, on espère qu'on passera plus vite », espère Paul McLean.

Une chose est certaine, si les membres de la famille Barbar ne reviennent pas avec les McLean le 31 décembre, ce sera toute la communauté de l'église Hope Community qui sera présente à l'aéroport lorsqu'ils fouleront finalement le sol canadien.

Une famille de Sherbrooke fêtera Noël avec des réfugiés en Jordanie

Estrie

International