•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compressions, fermetures et pertes de services au N.-B.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant

Photo : La Presse canadienne / PC/James West

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le plan du gouvernement de Brian Gallant de réviser les programmes pour trouver des économies a soulevé des inquiétudes dans plusieurs communautés du Nouveau-Brunswick en 2015.

Si certaines annonces ont déjà été faites, la plupart restent encore à venir dans le second budget du ministre des Finances, Roger Melanson.

L'année 2015 se termine donc sous le signe de l'austérité et de l'incertitude au Nouveau-Brunswick. Si bien qu'un vent de panique a soufflé sur le Nouveau-Brunswick tandis que le gouvernement passait au peigne fin tous ses programmes.

Quels secteurs seront touchés? Dans quelles régions? La réponse est instantanée au gouvernement: « Tout est sur la table, sauf la dualité et le bilinguisme ».

« Lorsqu'on dit que tout est sur la table et que les décisions n'ont pas été prises, c'est une zone qui est difficile pour les gens », affirme le premier ministre Brian Gallant.

« Tout est sur la table quand même, mais il y a des communautés, peut-être à cause des rumeurs qu'ils entendent, qui sont peut-être plus sur la loupe, je ne sais pas. »

— Une citation de  Brian Gallant, premier ministre du Nouveau-Brunswick

C'est qu'avec une dette de près de plus de 12 milliards de dollars et un déficit budgétaire de 453 millions de dollars, la province a un urgent besoin de réduire ses dépenses et d'augmenter ses revenus, selon le gouvernement libéral.

Son objectif : trouver des économies de 500 à 600 millions de dollars.

Les premières victimes des compressions sont les enseignants. Près de 250 postes sont éliminés, annonce le gouvernement lors du dépôt de son budget en mars.

À cela on ajoute la fermeture annoncée de quatre palais de justice, dont celui de Grand-Sault dans le nord-ouest de la province, et de six bureaux de Services Nouveau-Brunswick. Une nouvelle qui passe mal à Saint-Quentin.

« On n'investit plus dans les régions rurales, tout ce qu'on fait c'est qu'on vide les régions rurales. »

— Une citation de  Jean-Guy Rioux, président du Conseil d'éducation du District nord-est

« Ça a pris 150 ans avoir les services qu'on a. Pis aujourd'hui on est après nous les arracher. À l'intérieur d'un mandat politique, il va nous arracher tous ces services-là? », affirme l'ex-maire de Saint-Quentin, Félix Dubé.

Les mois qui suivent ne sont pas plus encourageants. Les parents retiennent leur souffle pendant que les districts scolaires étudient la viabilité de certaines écoles.

Le gouvernement met sur la table la possibilité de fermer des petits hôpitaux. Pour sa part, le Réseau de santé Vitalité suggère à la province de fermer près d'une centaine de lits d'hôpitaux.

Hôpital de CaraquetAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : David Maltais/Radio-Canada

« On ne peut pas couper des lits pis que les gens ne savent pas c'est quoi qui va remplacer ces pertes de lits là », affirme Norma McGraw, présidente du Comité de sauvegarde et d'amélioration des services de santé de Tracadie.

Le ministre responsable de la révision stratégique et ministre de la Santé rappelle qu'il faudra faire des sacrifices.

« On ne peut pas seulement dire non à certains choix, va falloir dire oui à d'autres. Parce qu'ultimement, il faut équilibrer le budget », affirme Victor Boudreau.

Il prévient que cette année 2015 n'est qu'un prélude à ce qui s'en vient en 2016. Puisque c'est au dépôt de son deuxième budget, au printemps prochain, que le grand ménage -le vrai- commencera.

D'après le reportage de Julie-Anne Lapointe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie