•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vérité et réconciliation : la fin des injustices, espère Bobby Cameron

Le rapport final de la Commission vérité et réconciliation à été déposé aujourd'hui.

Le rapport final de la Commission vérité et réconciliation à été déposé aujourd'hui.

Photo : PC/Darryl Dyck

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le chef de la Fédération des Nations indiennes de la Saskatchewan (FSIN), Bobby Cameron, a espoir que le rapport de la Commission de vérité et réconciliation déposé mardi mettra fin aux injustices envers les peuples autochtones, mais qu'il reste beaucoup de travail à faire.

Selon le chef, il faut passer par le processus de guérison des victimes des pensionnats autochtones pour mettre fin aux injustices.

« Personne ne comprend qu'il y a beaucoup de ces survivants qui ne sont pas sortis de l'ombre puisque c'était trop dur émotionnellement, physiquement et sexuellement. Ils ne veulent pas revivre ces souvenirs. On veut interpeller ces gens pour les inviter à continuer leur guérison »

— Une citation de  Bobby Cameron

Il faut notamment éviter de faire revivre des moments difficiles aux victimes pour que les survivants puissent amorcer cette guérison, selon lui.

Un traumatisme transmis aux enfants

Les dommages qui ont découlé de l'époque des pensionnats autochtones sont visibles quotidiennement chez les autres générations, selon le protecteur des enfants de la Saskatchewan, Bob Pringle.

« On voit les dommages de ces pensionnats chez les familles des victimes et les autres générations. Même s'ils sont résilients, les preuves de ces cicatrices existent », croit M. Pringle. Les gens doivent faire preuve d'ouverture pour s'assurer que ces inégalités disparaissent, selon lui.

Un survivant saskatchewanais témoigne

Un survivant des pensionnats autochtones de la Saskatchewan a témoigné mardi lors du dépôt du rapport final de la commission, à Ottawa.

Eugene Arcand a été pensionnaire pendant 11 ans dans un des deux pensionnats autochtones de la Saskatchewan. Il a invité tous les Canadiens à aller vers l'avant et à travailler pour parer aux injustices.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !