•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les réfugiés parrainés par le gouvernement n'arriveront qu'en janvier au Québec

Des réfugiés syriens en Slovénie
Des réfugiés syriens en Slovénie Photo: Getty images
Radio-Canada

Des dizaines de réfugiés syriens dont l'arrivée dans les régions du Québec était prévue d'ici la fin décembre n'arriveront finalement qu'en janvier. Le gouvernement fédéral priorise actuellement l'accueil des réfugiés parrainés par le privé, ce qui fait en sorte que ceux parrainés par l'État feront leur entrée plus tard que prévu.

Un texte d'Alexandre DuvalTwitterCourriel

Dans une note de la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCSPRI) rédigée à la suite d'une rencontre avec le ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion (MIDI) et dont Radio-Canada a obtenu copie, on peut lire que le MIDI ne prévoit pas accueillir de réfugiés pris en charge par l'État avant janvier 2016.

Pourtant, le Québec prévoyait accueillir des centaines de réfugiés parrainés par l'État d'ici la fin décembre et les répartir dans 13 villes identifiées comme aptes à les recevoir.

Les prévisions pour Trois-Rivières, Drummondville, Granby et Saint-Hyacinthe, par exemple, faisaient état d'une trentaine de réfugiés pris en charge par l'État (RPCE) qui devaient techniquement s'installer dans chacune des quatre villes avant la fin 2015.

Pour consulter ce tableau avec votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Or, à en croire la note de la TCSPRI, aucun d'entre eux n'arrivera avant janvier. S'ils devaient mettre les pieds au Canada avant cette date, ils seraient vraisemblablement envoyés sur la base militaire de Valcartier, en attendant, ou peut-être même dans un lieu d'hébergement temporaire à Montréal.

« [Les organismes d'accueil des nouveaux arrivants] peuvent donc fermer pendant les fêtes, le MIDI ne s'attend pas à des arrivées pour les organismes d'accueil de RPCE », est-il écrit dans la note de la TCSPRI.

La ministre réagit

La ministre Kathleen Weil était à Shawinigan mardi soirLa ministre Kathleen Weil était à Shawinigan mardi soir. Photo : ICI Radio-Canada

La ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion du Québec, Kathleen Weil, a reconnu que l'accueil des réfugiés parrainés par le gouvernement serait quelque peu décalé au Québec, tout en rappelant que les cibles établies par Québec, le mois dernier, n'étaient que des prévisions.

Elle a aussi tenu à rappeler que la vaste majorité des réfugiés syriens attendus au Québec seront pris en charge par l'État.

« Quand ils ont su qu'on avait 2900 personnes parrainées par des familles, des organismes, des églises, qui attendaient de venir ici au Québec, [le gouvernement fédéral a] décidé de prioriser [les réfugiés parrainés par le privé, car] ce sont des gens qui attendent deux, trois, quatre ans pour venir », a expliqué la ministre.

Kathleen Weil a néanmoins soutenu que le nombre de réfugiés attendus au pays d'ici la fin février 2016 est toujours le même puisqu'Ottawa s'est engagé à le maintenir.

Les contingents arrivent petit à petit

Les premiers réfugiés syriens sont arrivés au pays jeudi dernier, à l'aéroport international Pearson, à Toronto. Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, était sur place pour les accueillir, accompagné de la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne.

Samedi, un deuxième vol nolisé transportant plus de 160 réfugiés est arrivé au pays, à l'aéroport Montréal-Trudeau, cette fois. Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, était sur les lieux, flanqué de plusieurs de ses ministres, dont Kathleen Weil.

Avec la collaboration de Michelle Raza.

Société