•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus aucun sursis pour les élèves de la région dont le carnet de vaccination n'est pas à jour

Un enfant reçoit le vaccin contre la rougeole

Un enfant reçoit le vaccin contre la rougeole

Photo : SRC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des élèves des écoles catholiques anglaises d'Ottawa seront suspendus à compter de mardi de leur école, car leur carnet de vaccination n'est pas à jour. Malgré plusieurs avertissements, de nombreux parents n'ont toujours pas soumis les preuves de vaccination de leur enfant, ce qui est obligatoire en Ontario.

Des élèves des conseils scolaires francophones pourraient être suspendus au retour des Fêtes.

La Santé publique d'Ottawa (SPO) a donné plusieurs avertissements, et pour cause, elle a envoyé 35 000 lettres aux parents au cours des dernières semaines.

Environ cinq mille parents n'auraient toujours pas répondu à la SPO.

Dès mardi, les directeurs d'école auront la permission de suspendre les élèves récalcitrants pendant une période maximale de 20 jours d'école.

Les écoles françaises seront touchées également, mais seulement qu'en janvier.

Au Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario, les avis de suspensions seront applicables le 4 janvier prochain.

Consultez les tableaux pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

Les élèves dont le carnet de vaccination n'est pas à jour au CECC seront suspendus le 11 janvier 2016.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les élèves de l'élémentaire dont le carnet de vaccination n'est pas à jour au CECC seront suspendus le 11 janvier 2016.

Photo : ICI Radio-Canada

Les élèves dont le carnet de vaccination n'est pas à jour au CECC seront suspendus le 22 janvier 2016.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les élèves du secondaire dont le carnet de vaccination n'est pas à jour au CECC seront suspendus le 22 janvier 2016.

Photo : ICI Radio-Canada

Pour se soustraire à cette obligation de vaccination, les parents peuvent demander une exemption pour des raisons de santé, religieuses ou de croyances personnelles.

Le ministre de la Santé de l'Ontario Éric Hoskins a toutefois annoncé, vendredi, son intention de resserrer les règles permettant à un parent de soustraire son enfant au programme provincial d'immunisation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !