•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Arabie saoudite annonce la formation d'une coalition islamique contre le terrorisme

Un avion britannique au retour d'une mission en Syrie.

Un avion britannique au retour d'une mission en Syrie.

Photo : Darren Staples / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une troisième coalition entre dans le champ de bataille syrien, fief du groupe armé État islamique (EI). L'Arabie saoudite a annoncé lundi la création d'une coalition islamique de 34 pays pour combattre le terrorisme. Les opérations de cette nouvelle coalition seront dirigées depuis Riyad, la capitale du royaume wahhabite.

Cette troisième entité militaire vient s'ajouter à celle composée par les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne, qui bombarde les positions de l'EI en Syrie et en Irak, et à la Russie, l'Iran et le Hezbollah libanais, qui combattent également l'EI dans ces deux pays.

Les pays formant la coalition :

Arabie saoudite, Jordanie, Émirats arabes unis, Pakistan, Bahreïn, Bangladesh, Bénin, Turquie, Tchad, Togo, Djibouti, Sénégal, Soudan, Sierra Leone, Somalie, Gabon. Guinée, Autorité palestinienne, Comores, Qatar, Côte d'Ivoire, Koweït, Liban, Libye, Les Maldives, Mali, Malaisie, Égypte, Maroc, Mauritanie, Niger, Nigeria, Yémen.

Selon la chaîne Al-Arabiya, 10 autres pays ont soutenu cette coalition et entendent prendre des dispositions pour y participer, notamment l'Indonésie.

Le ministre saoudien de la Défense, Mohammed ben Salmane Al-Saoud, et fils du roi actuel, a précisé que la coalition coordonnera son action avec les principales puissances et avec les organisations internationales, sans donner de précision.

Son ambition n'est pas seulement du lutter contre l'EI, mais contre « tout groupe terroriste », a indiqué le ministre.

Avec les informations de Al-Arabiya, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !