•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Règlement 17 : des excuses seraient « appropriées », selon Wynne

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne (archives)

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne (archives)

Photo : La Presse canadienne / MARTA IWANEK

Radio-Canada

Il serait « approprié » que l'Ontario présente des excuses aux Franco-Ontariens pour le Règlement 17, a déclaré ce matin la première ministre Kathleen Wynne.

Un texte de Sébastien St-FrançoisTwitterCourriel

Ce règlement, adopté en avril 1912 par le gouvernement ontarien interdit l'usage du français comme langue de communication à l'école, en dehors des cours de français.

Je crois que ce serait approprié de présenter ces excuses. Nous nous trouverions, premièrement, à réfléchir sur un passé au cours duquel nos prédécesseurs voyaient la dualité linguistique d'une toute autre manière et, deuxièmement, à le reconnaître officiellement.

Kathleen Wynne, première ministre de l'Ontario

En 1927, le premier ministre George Howard Ferguson a annoncé que le Règlement ne serait plus appliqué et, en 1944, il est tombé en désuétude.

La semaine dernière, le député libéral provincial de Sudbury Glenn Thibeault a déposé une motion qui, si elle était adoptée, forcerait le gouvernement de l'Ontario à présenter des excuses formelles pour la mise en place du Règlement 17.

Selon l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, « l'impact du Règlement 17 a été lourd de conséquences pour [la communauté franco-ontarienne] puisque des générations de jeunes ont été perdues et assimilées suite à son adoption. Nous vivons toujours les retombées de cette décision. » 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario

Francophonie