•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tragédie de L'Isle-Verte : aucune accusation criminelle ne serait portée selon les proches des victimes

Dans la nuit du 23 janvier 2014, un incendie majeur ravage la Résidence du Havre de L'Isle-Verte, près de Rivière-du-Loup, faisant 32 morts.

Dans la nuit du 23 janvier 2014, un incendie majeur ravage la Résidence du Havre de L'Isle-Verte, près de Rivière-du-Loup, faisant 32 morts.

Photo : La Presse canadienne / Presse canadienne/Frances Drouin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon des proches des victimes qui ont été rencontrés par le directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) ce matin, il n'y aurait aucune accusation criminelle portée dans cette tragédie qui a coûté la vie à 32 personnes âgées en janvier 2014 à L'Isle-Verte. Cette information devrait être confirmée lors d'une conférence de presse qui aura lieu à 14 h, à l'hôtel Universel, à Rivière-du-Loup.

Les familles des victimes ont été les premières informées par le directeur des poursuites criminelles et pénales. Celui-ci les a rencontrées en matinée pour leur expliquer sa décision. 

Joints au téléphone au cours des dernières heures, le propriétaire de la Résidence du Havre, Roch Bernier, et le gardien de nuit lors de la tragédie, Bruno Bélanger, ont affirmé n'avoir eu aucun contact avec le bureau du DPCP au cours des dernières semaines.

La Sûreté du Québec (SQ) a mis neuf mois avant de produire son rapport d'enquête. Il a ensuite fallu 14 mois supplémentaires pour que le directeur des poursuites criminelles et pénales en vienne à ses conclusions finales.

Le rapport du coroner

Entre le rapport de la SQ et la décision d'aujourd'hui, il y a eu l'enquête du coroner Cyrille Delâge. Celle-ci ne visait pas à trouver un ou des coupables, mais plutôt à établir les faits.

Le coroner a été sévère à l'endroit de certains témoins, notamment les propriétaires de la résidence, le chef du service d'incendie et le gardien de nuit, mais il n'y a pas de lien direct entre l'analyse d'un coroner et une décision sur des accusations criminelles.

Il s'agit d'une étape importante qui va clore un chapitre ou en ouvrir un tout nouveau.

Plus de détails à venir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec