•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chasseurs qui ont retrouvé Cédrika racontent

Martin Lanthier, Pascal Lanthier et Sébastien Lupien, les trois chasseurs qui ont fait la découverte des ossements de Cédrika Provencher

Radio-Canada

Les trois chasseurs qui ont trouvé les ossements de Cédrika Provencher vendredi ont fait le récit de cette macabre découverte en entrevue à Radio-Canada. Martin Lanthier a aperçu un crâne humain au sol alors qu'il faisait du ratissage à l'occasion d'une partie de chasse au lièvre. C'est à ce moment qu'il a interpellé son frère Pascal et leur ami, Sébastien Lupien.

Un texte de Marie-Pier BouchardTwitterCourriel

« Sur le coup, je croyais que c'était plus une carcasse animale. J'ai tourné le crâne de la petite, et non, j'ai constaté que c'était vraiment un crâne d'enfant humain, raconte Martin Lanthier, on s'est dépêchés à appeler le 9-1-1 pour que les policiers viennent faire enquête ».

Les trois partenaires de chasse ont été interrogés pendant plusieurs heures à la suite de la découverte avant de quitter la scène.

On a tout de suite su que c'était Cédrika Provencher.

Pascal Lanthier, chasseur

« Avec la grosseur du crâne, on a senti qu'on avait affaire à Cédrika Provencher », relate avec émotion Pascal Lanthier. « Je suis presque toujours en forêt. J'avais la certitude, j'avais le feeling qu'un jour je la retrouverais. »

Habituellement, on ne chasse pas les journées pluvieuses.

Pascal Lanthier, chasseur

Les trois partenaires de chasse sont convaincus que les astres étaient alignés pour que Cédrika soit retrouvée cette journée-là. Ils ne vont jamais chasser quand il pleut, mais vendredi, ils tenaient à y aller.

Ils disent ne pas avoir vu de vêtements sur la scène. « La tête sortait du sol, j'ai l'impression que le corps a, oui, été déterré par les animaux, mais ça semblait brouillé autour, on voit que le sol a été remué, j'ai l'impression que les restes du corps sont à proximité », explique celui qui a aperçu les ossements.

Un soulagement 

Les chasseurs disent être soulagés à la suite des événements de vendredi.

« On est soulagés que les proches puissent enfin se recueillir sur ce qu'il reste de Cédrika, lance Martin Lanthier, ils vont pouvoir enfin fermer leur livre pour faire le deuil ».

Les chasseurs espèrent maintenant que la personne responsable soit retrouvée.

Avec la collaboration de Maude Montembeault

Mauricie et Centre du Québec

Justice et faits divers