•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus que quelques heures pour mettre à jour le carnet d'immunisation de son enfant

Une personne se fait vacciner

Vaccination

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les parents des élèves d'Ottawa dont le dossier d'immunisation n'a pas encore été mis à jour ont jusqu'au lundi 11 décembre pour se conformer, sinon leurs enfants seront suspendus.

Santé publique Ottawa (SPO) tient à rappeler aux parents que la date limite approche à grands pas pour faire la preuve que le carnet de vaccination de leurs enfants est complet.

En vertu de la Loi ontarienne sur l'immunisation des élèves, SPO peut exiger auprès des directeurs d'école la suspension de ceux et celles qui n'ont pas reçu tous leurs vaccins.

Dès mardi, les directeurs d'école auront la permission de suspendre les élèves récalcitrants pendant une période maximale de 20 jours d'école.

Pour se soustraire à cette obligation, les parents peuvent demander une exemption pour des raisons de santé, religieuses ou de croyances personnelles.

Le ministre de la Santé de l'Ontario Éric Hoskins a toutefois annoncé, vendredi, son intention de resserrer les règles permettant à un parent de soustraire son enfant au programme provincial d'immunisation.

Ultime appel

Depuis son dernier avertissement, Santé publique Ottawa dit avoir reçu entre 600 et 700 appels par jour de parents voulant transmettre des informations sur l'immunisation de leurs enfants.

La SPO a amorcé son blitz de sensibilisation au mois de juillet dernier. À l'époque, elle avait évalué que le carnet de vaccination de 63 000 enfants de la capitale nationale était incomplet.

Marie-Claude Turcotte, gestionnaire à Santé publique Ottawa

À la fin du mois d'octobre, grâce à de nombreux messages téléphoniques envoyés aux parents, ce nombre a baissé à 50 000 enfants.

La SPO a alors entrepris l'envoie d'une première lettre d'avertissement à 35 000 parents, afin de leur rappeler leurs obligations. Depuis, une deuxième lettre comportant, cette fois-ci, un avis de suspension et une date-butoir a été envoyée à environ 5000 parents.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !