•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Des tests pour les immigrants plus chers en français qu'en anglais

    Amandine Girard a choisi de passer son test d'évaluation linguistique en anglais, parce qu'il coûtait presque deux fois moins cher à Toronto

    Photo : Laurence Martin, ICI Radio-Canada

    Radio-Canada

    Radio-Canada a appris que le commissaire aux langues officielles enquêtait sur le prix des tests de langues qui s'adressent aux immigrants.

    Un dossier de Laurence MartinTwitterCourriel et de Valérie OuelletTwitterCourriel

    Pour devenir résident permanent, il faut prouver qu'on maîtrise le français ou l'anglais, en réussissant, par exemple, un test reconnu par le gouvernement fédéral.

    Or, cet examen est presque deux fois plus cher en français qu'en anglais, un écart de prix qui pousse des centaines d'immigrants francophones à passer le test en anglais.

    Quand elle a commencé ses démarches pour obtenir sa résidence permanente, Amandine Girard s'est sentie pénalisée parce qu'elle était une immigrante francophone.

    Elle a appris qu'elle devait payer 440 $ pour passer le Test d'évaluation de français (TEF) à Toronto, alors qu'en anglais, les tests d'évaluation coûtaient 265 $ ou 309 $.

    De plus, elle aurait dû attendre de six à huit semaines avant d'obtenir ses résultats d'examens en français, alors que les résultats des tests d'anglais sont transmis après deux semaines. 

    Comme la majorité de ses amis immigrants, elle a choisi à contrecoeur de passer son test en anglais, même si ce n'est pas sa langue maternelle.

    Ce n'est pas normal que ce soit plus cher, c'est un peu discriminatoire. Est-ce que c'est pour inciter les gens à parler anglais?

    Amandine Girard, Française établie à Toronto

    Vérification faite, cet écart de prix s'observe presque partout au pays : le Test d'évaluation de français (TEF) coûte beaucoup plus cher que ses équivalents en anglais, par exemple, le Programme canadien d'évaluation des compétences linguistiques en anglais (CELPIP).

    Selon notre analyse, il serait même moins cher pour les immigrants francophones de passer le même test à Buenos Aires ou à Dakar qu'à Montréal ou à Toronto.

    Le commissaire aux langues officielles nous a confirmé qu'il enquêtait sur ces tests, mais Graham Fraser n'a pas voulu nous accorder d'entrevue, car son enquête est en cours. 

    Les tests de langues au Québec : un cas particulier

    Le Québec, qui a son propre processus de sélection des immigrants, accepte deux autres examens, en plus du TEF. 

    Selon nos calculs, ces examens coûtent moins cher : le Test de connaissance du français (TCF) coûte en moyenne 313 $ et le Diplôme d'études en langue française (DELF-DALF), qui n'est offert que deux fois par an, à l'Université McGill, coûte environ 170 $.

    De plus, contrairement au reste du Canada, le Québec accorde peu de points aux immigrants pour l'expression écrite en français. C'est plutôt l'expression orale qui compte. Bien des candidats au Québec ne passent donc que les épreuves orales des tests, ce qui leur revient moins cher.

    Des examens conçus et corrigés en France

    Tous ces examens de français, même ceux acceptés uniquement au Québec, sont conçus et corrigés en France, contrairement à un des deux tests d'anglais, le CELPIP, qui est géré et corrigé par l'Université de la Colombie-Britannique.

    L'autre test d'anglais, le Système d'évaluation en langue anglaise internationale (IELTS), est géré en Angleterre.

    Les centres d'examens au Canada, comme l'Alliance française de Toronto ou l'Université McGill, à Montréal, ne font que superviser les tests et corriger certaines parties orales, selon le barème français.

    Les tests doivent ensuite être envoyés en France pour correction, ce qui engendre des coûts postaux et qui explique, en partie, pourquoi les immigrants attendent leurs résultats trois fois plus longtemps.

    Autre coût : le salaire des examinateurs. Chaque candidat qui passe le test doit être examiné par deux évaluateurs, ce qui n'est pas le cas pour le test d'anglais IELTS, par exemple. 

    Selon le directeur de l'Alliance française de Toronto, le test d'anglais coûte moins cher entre autres parce que plus de candidats y sont inscrits.

    Il y a probablement une économie d'échelle. Quand il y a beaucoup de candidats qui passent un test, on peut faire des tarifs moins chers. 

    Thierry Lasserre, directeur général de l'Alliance française de Toronto 

    À son avis, la seule façon de réduire les coûts serait de mettre en place une subvention gouvernementale.

    Pourquoi pas de test canadien ou québécois?

    Nous avons posé la question au ministre de l'Immigration, John McCallum. Il a refusé une demande d'entrevue, mais nous a envoyé la déclaration suivante mardi soir.

    J'apprécie qu'on m'ait fait part de cet enjeu. Je vais y voir de plus près avec le ministère, en ayant pour objectif d'examiner l'écart de prix qui existe entre les tests de compétences linguistiques en français et en anglais.

    Le ministre de l'Immigration, John McCallum

    Le ministère québécois de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion affirme pour sa part « qu'aucun fournisseur au Québec n'est en mesure, pour l'instant, de respecter ses critères afin de concevoir un test d'évaluation de français québécois ».

    Difficile de savoir combien d'immigrants francophones au pays se sont tournés vers les tests d'anglais, comme l'a fait Amandine Girard. Selon l'entreprise Paragon, qui corrige le Programme canadien d'évaluation des compétences linguistiques en anglais (CELPIP), 443 candidats ayant le français comme langue maternelle ont passé leur test en anglais en 2015.

    Avec la précieuse collaboration d'Alain-Julien Godbout.

    Francophonie

    Société