•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brian Jean condamne les menaces envers Rachel Notley

Brian Jean espère que la première ministre Rachel Notley effectuera une révision des salaires versés aux administrateurs des agences provinciales.

Brian Jean espère que la première ministre Rachel Notley effectuera une révision des salaires versés aux administrateurs des agences provinciales.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Le chef de l'opposition albertaine condamne les menaces de mort à l'endroit de la première ministre Rachel Notley. Des messages haineux, publiés sur Facebook, menacent directement la première ministre néo-démocrate.

Leurs auteurs sont mécontents de l'adoption du projet de loi 6, qui soumet les travailleurs agricoles à la Loi sur la santé et la sécurité au travail.

Le chef du Wildrose, Brian Jean, juge ces menaces inacceptables. Il ajoute qu'il n'hésitera pas à informer les autorités de tout comportement criminel de la part de ses partisans.

Ce genre de commentaires brise toutes les formes de respect et n'a aucune place dans l'arène politique

Brian Jean, chef de l'opposition officielle Wildrose

Dans des commentaires sur les pages Facebook de médias albertains, des personnes menacent directement la première ministre.

La Gendarmerie royale du Canada en Alberta (GRC) indique qu'elle est au courant de ces commentaires.

Ce n'est pas la première fois que la première ministre fait l'objet de menaces de mort. En octobre, des commentaires sur un groupe Facebook discutaient de l'assassinat de Rachel Notley.

À l'époque, la GRC ne voulait pas confirmer si ces commentaires faisaient l'objet d'une enquête.

La première ministre, des membres du cabinet et la lieutenante-gouverneure Lois Mitchell sont protégés par l'unité de protection rapprochée des shérifs.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Alberta

Société