•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le temps doux inquiète les producteurs de vin de glace

Des champs de raisins destinés à la production de vin de glace.

Des viticulteurs inquiets du temps doux

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il faut croire que le temps doux des derniers jours fait le bonheur des uns et le malheur des autres. À Dunham, un producteur de vin de glace est préoccupé par le temps froid tardif, il espère que la saison ne sera pas compromise.

Au vignoble de l'Orpailleur de Dunham, les vignes sont recouvertes de terres comme à l'habitude le problème, c'est le temps clément qui contribue à assécher le raisin et c'est ce qui inquiète le propriétaire Charles-Henri de Coussergues.

« La proportion de grappes sèches est de plus en plus importante et ça va vraiment très vite avec ce temps de 10 ou 12 degrés. D'ici quelques jours il faudra prendre une décision, est-ce qu'on fait du vin de glace ou est-ce qu'on fait des vendanges tardives ? »

— Une citation de  Charles-Henri de Coussergues, propriétaire du vignoble de l'Orpailleur

Selon Charles-Henri de Coussergues, la situation inquiète bien des producteurs québécois et ontariens. Ils disposent encore d'une semaine pour tenter de sauver la production de vin de glace.

« Au Canada [...] on était convaincus qu'on aurait du froid à revendre pendant des années. On est confrontés à cette réalité qui nous surprend! »

— Une citation de  Charles-Henri de Coussergues, propriétaire du vignoble de l'Orpailleur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !