•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Denis Héroux, réalisateur de Valérie et de L'initiation, est décédé

Le reportage de Louise Rousseau

Le producteur et cinéaste québécois Denis Héroux est décédé jeudi soir des suites d'une longue maladie. Il avait 75 ans.

En 1968, il s'est d'abord fait connaître en réalisant Valérie, considéré comme le premier film érotique québécois.

L'affiche du film « Valérie » de Denis HérouxL'affiche du film « Valérie » de Denis Héroux Photo : Cinépix Film

Il a également connu une longue carrière en production. On lui doit plusieurs longs métrages importants de la cinématographie québécoise, dont Robe noire (1991), Le matou (1985) et Le crime d'Ovide Plouffe (1984).

Né à Montréal en 1940, Denis Héroux a abandonné des études en histoire pour se consacrer au cinéma au milieu des années 60.

Après un premier film, Seul ou avec d'autres, le cinéaste a signé une série de films érotiques, dont le plus connu, Valérie, s'est avéré un succès commercial et a fait de la comédienne Danielle Ouimet un sex-symbol au Québec.

Puis dans les années 70, il a réalisé plusieurs des films les plus marquants de sa carrière, dont le drame historique Quelques arpents de neige (1972) ainsi que les comédies J'ai mon voyage (1973) et Pousse mais pousse égal (1974).

Denis Héroux a également collaboré avec plusieurs grands cinéastes français de son époque, produisant Le sang des autres (1984), de Claude Chabrol, À nous deux (1979), de Claude Lelouch, Atlantic City (1980), de Louis Malle, et La guerre du feu (1981), de Jean-Jacques Annaud.

Atlantic City, qui mettait en vedette l'actrice américaine Susan Sarandon, a obtenu plusieurs nominations aux prix César et aux Oscars en plus d'être présenté à la Mostra de Venise en1980. La guerre du feu, qui se déroule pendant l'ère préhistorique, a pour sa part remporté le César du meilleur film et l'Oscar du meilleur maquillage.

Denis Héroux a reçu l'Ordre du Canada en 1984. En 1991, il a produit le long métrage Robe noire, avec Lothaire Bluteau, récipiendaire du Génie du meilleur acteur cette même année.

En 1995, le cinéaste donnait une entrevue à l'émission La ruée vers l'art, animée par Marie Plourde.

C'est un homme qui a beaucoup travaillé et qui a fait avancer le cinéma québécois. Il était très respecté et réussissait à obtenir des budgets importants pour des films québécois.

La comédienne et humoriste Dominique Michel

Danielle Ouimet, star instantanée à la fin des années 60 grâce à son rôle dans Valérie, se rappelle de ce film comme d'un véritable phénomène de société.

« Les gens attendaient trois séances à l'avance. Ils ont fait 1 million de dollars en six mois en vendant les billets à 1,75 $. Ça a été un succès phénoménal. »

La comédienne estime que Denis Héroux aurait sans doute préféré se faire connaître pour un autre type de film, mais qu'il n'a jamais renié ses oeuvres.

« Comme il était un historien dans l'âme, il a toujours ramené l'histoire de Valérie à l'histoire du Québec. »

Cinéma

Arts