•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pendant ce temps, devant un filet près de chez vous…

Mike Condon arrête un lancer en première période.
Mike Condon arrête un lancer en première période. Photo: La Presse canadienne / Graham Hughes
Martin Leclerc

BILLET - Il n'y a rien de plus sournois et de plus envahissant que la loi de la moyenne. Sans trop savoir pourquoi, on parvient parfois à s'éloigner d'elle et à se convaincre qu'on l'a définitivement semée quelque part derrière. Mais chaque fois, sans prévenir, elle finit par vous rattraper et par vous rappeler que, finalement, il n'y en aura pas de facile.

Un texte de Martin LeclercTwitterCourriel

Du côté du Canadien, beaucoup de gens donnaient l'impression d'avoir échappé à la loi de la moyenne depuis le début du calendrier. Prenez l'attaque par exemple. À la fin de novembre, le CH présentait une moyenne offensive de 3,54 buts par rencontre et dominait la LNH.

Pour se convaincre que ça pouvait durer, on se disait notamment que les défenseurs appuyaient davantage les attaquants et que Michel Therrien était parvenu à créer un meilleur équilibre au sein de ses trios.

La réalité, c'est qu'à part Paul Byron (réclamé au ballottage), Tomas Fleischmann (invité au camp sans contrat) et Alexander Semin (qui est passé à Montréal en courant d'air), cette formation était exactement la même que celle qui s'était fait éliminer par le Lightning de Tampa Bay le printemps dernier. Le club de 2015-2016 est exactement le même dont nous disions, en mai dernier, qu'il n'était pas assez explosif en attaque pour aspirer aux grands honneurs.

Déplacer Alex Galchenyuk de l'aile au centre était-il suffisant pour transformer la 20e attaque de la ligue en force offensive de premier plan? Hum!

Toujours est-il que le CH a marqué une moyenne de 1,83 but à ses six dernières rencontres. La loi de la moyenne, sournoisement, est en train de se réinstaller dans le vestiaire. Confortablement, les deux pieds sur un pouf.

Pour le CH, la vérité se situe quelque part entre 3,54 buts et 1,83 but par rencontre. La saison passée, le verdict de la loi de la moyenne se situait à 2,61 buts par match.

***

Ce n'est pas de l'attaque dont je souhaite vous parler aujourd'hui. Car, mine de rien, le CH présente une fiche de 2-4 depuis que Carey Price a été placé sur la liste des blessés pour une période de six semaines. Si le décompte est toujours bon, le Canadien devra encore disputer 13 rencontres avant le retour au jeu de son meilleur joueur.

Il y a deux semaines, plusieurs lecteurs ont exprimé leur désaccord quand j'ai fait valoir dans cette chronique que le Tricolore prenait un sérieux risque en misant sur Mike Condon, un gardien recrue, pour tenir le fort pendant une aussi longue période. D'autant plus qu'au moment de la blessure de Price, l'expérience combinée des deux premiers gardiens de l'organisation (Condon et Dustin Tokarski) se limitait à 48 matchs dans la LNH.

Plusieurs oublient ou ignorent à quel point il est difficile de garder les filets sur une base régulière dans la LNH et d'y afficher une constance suffisante pour permettre à son équipe de l'emporter soir après soir. Surtout pour un jeune gardien.

Or, la loi de la moyenne est aussi en train de rattraper Mike Condon.

Après ses trois premiers départs en octobre, le sympathique Américain présentait un taux d'efficacité de ,944 et les partisans étaient en liesse. Puis, Carey Price s'est blessé une première fois, la charge de travail de Condon est devenue plus lourde et son taux d'efficacité s'est mise à chuter de façon vertigineuse, jusqu'à... ,898.

Carey PriceCarey Price Photo : La Presse canadienne / Paul Bereswill

Quand Price est revenu au jeu le 20 novembre, Condon était en quelque sorte un boxeur à bout de souffle, sauvé par la cloche.

Price s'est blessé de nouveau une semaine plus tard. Et, depuis, le taux d'efficacité de Mike Condon s'élève à ,901. Depuis la seconde blessure de Price, son substitut se situe au 18e rang parmi les 23 gardiens qui ont disputé au moins 17 rencontres cette saison. Quand vous maintenez un taux aux alentours de ,900, vous accordez en moyenne un but de plus par rencontre qu'un gardien d'élite de la LNH.

Observez la tendance lourde : depuis près d'un mois et demi, le taux d'efficacité de Mike Condon oscille entre ,898 et ,901. À quoi ressemblera la fiche du Canadien, au début de janvier, si le jeune portier maintient cette allure jusqu'au retour de Price?

C'est Dustin Tokarski qui défendra le filet du CH jeudi soir à Détroit. Pour lui, il s'agira d'une occasion en or (et peut-être ultime) de regagner la confiance de ses patrons. Mais si Tokarski se fait rosser, le temps des Fêtes pourrait s'avérer beaucoup plus excitant que prévu pour cette équipe.

Grand Montréal

Hockey