•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fuir la Syrie et recommencer sa vie au Canada

Le premier ministre Justin Trudeau accueille les premiers réfugiés syriens arrivés dans un vol nolisé à l'aéroport Pearson de Toronto. Photo: La Presse canadienne / Nathan Denette
Radio-Canada

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et son homologue ontarienne Kathleen Wynne ont accueilli dans la nuit de jeudi à vendredi les 163 réfugiés syriens qui sont arrivés à bord du premier avion nolisé par Ottawa. 

Parti de Beyrouth, au Liban, l'Airbus C-150 des Forces canadiennes a atterri à l'aéroport international Pearson de Toronto vers 23 h 30, soit près de 90 minutes plus tôt que prévu.

Justin Trudeau et Kathleen Wynne ont salué chacune des familles à leur arrivée et leur ont notamment remis des manteaux et des cadeaux, « un accueil qu'ils n'oublieront jamais », selon Justin Trudeau. « C'est comme le soir de Noël pour moi », a-t-il ajouté. 

Nous nous souviendrons de ce moment qui montre les vraies valeurs des Canadiens.

Le premier ministre Justin Trudeau

« Nous offrons à bras ouverts, à coeur ouvert, un avenir à ces réfugiés, a ajouté le premier ministre canadien. C'est ce qui fait la force de ce pays. »

Le premier ministre Justin Trudeau souhaite la bienvenue aux réfugiés syriens.Le premier ministre Justin Trudeau souhaite la bienvenue aux réfugiés syriens. Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Justin Trudeau avait invité les chefs des partis d'opposition à venir avec lui à l'aéroport. D'autres dignitaires étaient aussi présents.

Les médias et le public n'ont cependant pas eu accès à l'aérogare spécialement aménagée pour accueillir les réfugiés, les organisateurs voulant éviter « un cirque médiatique ». Ils estiment aussi qu'il s'agissait d'une question de sécurité, autant pour les réfugiés que pour les Canadiens.

Certains Torontois sont d'ailleurs repartis déçus de l'aéroport Pearson. Ils espéraient souhaiter la bienvenue aux réfugiés et leur remettre des biens à leur arrivée.

Que se passe-t-il à l'arrivée des réfugiés?

  • Ils sont pris en charge par l'Agence des services frontaliers afin d'être admis au pays;
  • Au « centre de bienvenue », ils obtiennent un numéro d'assurance sociale et des vêtements d'hiver, notamment;
  • Les nouveaux arrivants se soumettent à un bilan de santé sommaire et reçoivent des soins au besoin;
  • En quittant l'aéroport, les réfugiés obtiennent le statut de résident permanent au Canada;
  • Après une nuit passée à l'hôtel, ils sont pris en charge par la communauté qui les parraine.

Où s'en vont les 163 réfugiés du premier vol nolisé?

  • Toronto (112)
  • Hamilton (4)
  • Windsor (4)
  • Calgary (20)
  • Edmonton (15)
  • Kelowna (4)
  • New Westminster (1)
  • Coquitlam (3)

Des réfugiés témoignent avant de s'envoler

Le reportage de Marie-Ève Bédard
Une réfugiée syrienne, Genova TamamianUne réfugiée syrienne, Genova Tamamian

Genova Tamamian faisait partie des passagers de ce premier vol nolisé. « Nous avons travaillé pendant 40 ans, a-t-elle lancé. Nous avons bâti une bonne maison et une bonne vie, comme au Canada ou en Europe, mais nous ne savions pas tout ce qui allait se passer. Comment aurions-nous pu savoir? »

Mme Tamamian vient rejoindre son frère à Montréal. Avec la guerre, elle croit qu'il n'y a plus d'espoir en Syrie.

Fatima Abou Hamid une réfugiée syrienne en route pour le CanadaFatima Abou Hamid une réfugiée syrienne en route pour le Canada

Fatima Abou Hamid va aussi rejoindre son frère, avec son mari et ses six enfants, même si elle demeure profondément attachée à son pays d'origine.

« C'est mon pays, c'est là où je suis née, où j'ai grandi et élevé ma famille », a-t-elle dit, bouleversée.



Hala Babik, réfugiée syrienneHala Babik, réfugiée syrienne

Hala Babik est aussi arrivée sur ce vol vers le Canada. « Ils m'ont demandé que seulement 20 kilos pour chaque personne. Nous sommes des immigrants et nous avons beaucoup de choses », a-t-elle expliqué en ajoutant qu'elle est très contente d'être au Canada.

« On a quitté nos parents et tous les gens que nous connaissons et on va aller au pays qu'on ne connaît pas. Mais, on est en même temps très contents parce qu'on va commencer une nouvelle vie », a ajouté Mme Babik.

D'autres réfugiés arriveront samedi

Un deuxième contingent de réfugiés syriens suivra dès samedi, mais cette fois à l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal. L'heure n'a pas été précisée.

En tout, quelque 300 réfugiés, faisant tous l'objet de parrainage privé, doivent arriver au pays par ces deux vols. Ils sont transportés à bord d'avions militaires, dont la capacité est moins grande que les avions civils.

Les réfugiés syriens sont arrivés dans une aérogare aménagée pour eux à l'aéroport Pearson de Toronto.Les réfugiés syriens sont arrivés dans une aérogare aménagée pour eux à l'aéroport Pearson de Toronto. Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Les prochains réfugiés qui feront le voyage vers le Canada seront transportés par des vols commerciaux, comme l'ont été les 416 personnes arrivées entre le 4 novembre et le 7 décembre.

Les premiers des 25 000 réfugiés attendus au Canada sont principalement d'origine arménienne et ils sont parrainés par des proches et des groupes religieux. Ils iront s'établir à Montréal, Laval, Toronto et Edmonton.

Il y a quelques semaines, le gouvernement libéral a dû réviser l'échéancier de son engagement, qu'il devait initialement réaliser avant le 31 décembre. Plusieurs maires du pays, dont ceux de Montréal, Québec et Toronto, l'avaient mis en garde contre la précipitation.

Le Canada accueillera plutôt 10 000 réfugiés d'ici la fin de l'année, et 15 000 autres avant la fin de février 2016. La grande majorité des réfugiés attendus avant la fin du mois, soit 8000 d'entre eux, feront l'objet d'un parrainage privé. Les 2000 autres seront parrainés par Ottawa.

Mercredi, le ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum, s'est dit optimiste de voir le Canada atteindre ses objectifs d'accueil.

Toronto

International