•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agressions sexuelles : l'ancien chef de police de Wemotaci reconnu coupable

Jean-Paul Néashish

Jean-Paul Néashish

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ancien chef du service de police de Wemotaci, Jean-Paul Néashish, a été reconnu coupable, de plusieurs chefs d'accusation, entre autres pour viol, attentat à la pudeur, grossière indécence et attouchements sur des enfants de moins de 14 ans.

Les faits reprochés à Jean-Paul Néashish se sont produits entre 1967 et 2006. Les infractions de nature sexuelle dont il a été reconnu coupable impliquent 5 victimes, dont 3 avaient moins de 14 ans au moment des faits.

Mercredi, au palais de justice de La Tuque, l'homme a été reconnu coupable de 10 des 13 chefs d'accusation auxquels il faisait face.

« C'est une grande victoire », a indiqué le procureur Éric Thériault, qui espère que le jugement enverra un message clair dans les communautés, spécialement à la suite des révélations de l'émission Enquête sur des allégations graves dont font l'objet des policiers de la SQ à Val d'Or.

Le procureur espère passer un message clair que malgré l'uniforme, malgré la position de pouvoir, les policiers sont imputables et ne sont pas à l'abris de la justice. Selon lui, il faut saluer le courage des cinq victimes qui ont osé dénoncer l'agression, et ce, même dans petite communauté, où tous se connaissent.

Des actes répartis sur près de 40 ans

À la fin des années 1960, Jean-Paul Néashish a attenté à la pudeur d'une fillette. Au début des années 1970, une autre fillette a été victime des actes de Jean-Paul Néashish, qui se seraient répétés une dizaine de fois.

En 1984, alors qu'il portait son uniforme de policier, Jean-Paul Néashish a forcé une victime de 26 ans à monter à bord de son véhicule de fonction et l'a emmenée dans un endroit isolé.

Une fois sur les lieux, l'accusé a couché sa victime sur le panneau arrière de sa voiture, puis a eu une relation sexuelle complète avec elle, avec la participation présumée d'un deuxième homme, Marcel Boivin, dont la date du procès doit être fixée le 11 février 2016, à moins qu'il ne plaide coupable d'ici là.

Entre 1981 et 1983, Jean-Paul Néashish a fait une autre victime dans la jeune vingtaine. L'homme a notamment eu une relation sexuelle complète avec elle après l'avoir arrêtée puis transportée dans un lieu isolé. À deux autres occasions, il a attenté à la pudeur de sa victime et a commis des voies de fait sur elle.

À la fin des années 1990 et au début des années 2000, Jean-Paul Néashish a fait une autre victime de moins de 14 ans. À deux reprises, il a procédé à des attouchements sexuels sur la fillette.

Jean-Paul Néashish avait été arrêté en février 2012 et avait été accusé d'agression sexuelle deux mois plus tard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !