•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier avion nolisé transportant des réfugiés syriens arrivera aujourd'hui à Toronto

Radio-Canada

Le premier avion nolisé par le gouvernement pour amener des réfugiés syriens au Canada se posera jeudi à 21 h 15 à l'aéroport international Pearson de Toronto. Et le premier ministre Justin Trudeau sera là pour leur souhaiter la bienvenue.

« Ça va être une grande journée pour le Canada », a lancé mercredi le premier ministre Justin Trudeau, qui a profité de la période des questions à la Chambre des communes pour annoncer l'arrivée des premiers vols organisés.

Le premier ministre, qui avait fait de l'accueil de 25 000 réfugiés une promesse électorale, a ajouté au cours d'un point de presse qu'il avait invité les chefs des partis d'opposition à venir avec lui à l'aéroport.

Le deuxième contingent suivra dès samedi, mais cette fois à l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal. L'heure n'a pas été précisée.

En tout, quelque 300 réfugiés, faisant tous l'objet de parrainage privé, doivent arriver au pays par ces deux vols.

Ils seront transportés à bord d'avions militaires, dont la capacité est moins grande que les avions civils. L'arrivée des réfugiés s'accéléra toutefois rapidement par la suite, puisque les avions civils prendront bientôt la relève.

Entre le 4 novembre et le 7 décembre, 416 réfugiés sont déjà arrivés au pays, mais par des vols commerciaux.

De nouvelles aires provisoires mises en place aux aéroports Trudeau et Pearson

Ce sont les agents de l'Agence des services frontaliers qui accueilleront les réfugiés afin de compléter les dernières étapes en vue de leur admission au Canada,

Les nouveaux arrivants devront tous se soumettre à un bilan de santé sommaire pour qu'on puisse détecter tout signe de maladie et leur offrir au besoin les soins qu'ils requièrent.

Le ministère de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté rappelle toutefois dans un communiqué qu'ils ont déjà subi avant leur départ des « examens médicaux aux fins d'immigration » et qu'ils ont « déjà passé les mesures de vérification de sécurité ».

Il y a quelques semaines, le gouvernement libéral a dû réviser l'échéancier de son engagement, qu'il devait initialement réaliser avant le 31 décembre. Plusieurs maires du pays, dont ceux de Montréal, Québec et Toronto, l'avaient mis en garde contre la précipitation.

Le Canada accueillera plutôt 10 000 réfugiés d'ici la fin de l'année, et 15 000 autres avant la fin de février 2016. La grande majorité des réfugiés attendus avant la fin du mois, soit 8000 d'entre eux, feront l'objet d'un parrainage privé. Les 2000 autres seront parrainés par Ottawa.

Mercredi, le ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum, s'est dit optimiste de voir le Canada atteindre ses objectifs d'accueil.

Grand Montréal

Politique