•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Paris climat : « Nous avons progressé, mais il reste encore pas mal de travail »

Les explications de Catherine Mercier

Une nouvelle version du projet d'accord visant à combattre le réchauffement de la planète a été remise mercredi aux 195 délégations nationales présentes à la conférence sur le climat de Paris.

« Nous avons progressé, mais il reste encore pas mal de travail » avant de parvenir à un accord final, espéré pour vendredi, a résumé le président de la conférence, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Le texte, remis aux délégations, constitue une « avancée » par rapport à une mouture précédente, présentée samedi. Il tient désormais en 29 pages plutôt qu'en 43, et le nombre de points placés entre des crochets, signe qu'ils ne sont toujours pas résolus, a été réduit des trois quarts.

« C'est nettement mieux, donc, mais c'est encore trop », a commenté M. Fabius.

Je suis tout à fait convaincu que nous pouvons trouver un accord, mais pour cela, plus que jamais, il faut que nous unissions nos forces, et que notre boussole soit la nécessité du compromis.

Laurent Fabius, président de la conférence

Selon ce dernier, trois grandes questions d'ordre politique doivent maintenant faire l'objet de « discussions approfondies » :

  • la « différenciation » des efforts, concept renvoyant aux différentes responsabilités de chaque pays;
  • les questions de financement opposant les pays du Nord à ceux du Sud;
  • l'ambition de l'accord (limiter le réchauffement de la planète à 1,5° ou 2°C par rapport au niveau de l'ère préindustrielle).

« Ce n'est pas une surprise, mais désormais les choses sont clairement posées », a fait valoir Laurent Fabius. « Sur ces sujets, nous avons essayé de proposer des options plus claires, et reflétant, je l'espère, la diversité des positions exprimées. »

C'est donc en particulier sur ces sujets que je vous demande d'intensifier vos consultations pour aider à bâtir rapidement des solutions de compromis. Nous devons tous ensemble faire ces choix clés, trouver les points d'équilibre.

Laurent Fabius, président de la conférence

En revanche, « sur plusieurs sujets, nous sommes presque au bout de nos peines », a précisé M. Fabius. 

« Le travail est quasiment conclu sur le sujet majeur qu'est l'adaptation aux impacts des changements climatiques.Cela va nous permettre de nous concentrer sur la question des pertes et dommages, qui est une question sur laquelle je comprends que les points de vue se sont rapprochés »,  a-t-il entre autres noté.

« Nous sommes aussi très proches de conclure sur l'élaboration du cadre de transparence qui sera essentiel pour suivre le suivi des efforts, mais également des soutiens à l'action climatique, et nous avons avancé avec vous de façon significative sur le développement et le transfert des technologies », a-t-il poursuivi.

M. Fabius a aussi évoqué qu'un « compromis a été identifié sur le renforcement des capacités pour l'atténuation et l'adaptation sur la base des besoins des pays » et que « de premiers progrès ont été réalisés sur la question des forêts, des moyens de coopération et du préambule. »

Après son allocution, le président de la conférence a accordé sept heures aux différentes délégations pour étudier le nouveau projet d'accord. Les discussions reprendront à 20 h, heure locale. Les délégations pourront alors réagir au texte soumis avant d'entreprendre la dernière ligne droite des négociations. 

« Je vous ferai des propositions précises sur la méthode de travail, mais il n'y a pas 36 solutions : il faut déjà nous préparer à avancer cette nuit et demain en vue de l'adoption d'un accord dans les délais fixés », a prévenu M. Fabius. 

International