•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À 70 ans, un amateur du kitesurf manitobain a toujours le vent en poupe

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Téléjournal, 11 août 2011

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les adeptes du kitesurf du Manitoba ont célébré en fin de semaine un des amateurs les plus fervents du sport, Roland Rioux, qui fêtera son 70e anniversaire le 9 décembre 2015, au Parc provincial du patrimoine de La Barrière, dans le sud de Winnipeg.

L'Office québécois de la langue française traduit kitesurf par planche aérotractée. Ce sport permet de glisser sur l'eau à très haute vitesse, de faire des sauts et de réaliser des figures aériennes. L'équipement consiste en une planche et une aile de traction.

À l'aide d'une aile, le pompier à la retraite survole les vastes terrains et étendues d'eau et de neige du Manitoba depuis 2002. Dernièrement, Roland Rioux se rend aux parcs, aux champs et aux plages de la province au moins quatre ou cinq fois la semaine pour « prendre l'air ».

Originaire de Saint-Pierre-Jolys, au Manitoba, le quasi septuagénaire explique que c'est sa passion de la planche à voile qui l'a amené à découvrir le kitesurf, un sport qu'il dit pratiquer au moins 300 fois par année.

Les montées d'adrénaline, les sensations fortes, la liberté des quatre vents, être en pleine nature – c'est un mélange intoxicant.

Roland Rioux, amateur du « kitesurf »

Alors que certains considèrent le kitesurf comme étant un sport extrême, l'étiquette n'a découragé en rien l'homme à l'aube de ses 70 ans.

« Je me souviens de quand j'ai commencé à faire de la planche à voile, à la fin de la quarantaine. Les gens me disaient "je me joindrais à toi, si seulement j'avais 20 ans de moins". Dites-vous que j'ai commencé à faire du kitesurf au début de la cinquantaine, et j'en fais toujours! L'âge n'a jamais joué comme facteur dans ma décision de pratiquer le sport », dit-il.

« Je trouve que je me défoule autant que je m'amuse. Ça prend du temps à se familiariser avec les rouages, bien sûr, mais une fois qu'on s'y habitue, il n'y a que le ciel pour limite », confesse M. Rioux.

Le Manitobain a enregistré plus de 2300 sauts depuis le mois d'août 2015. Roland Rioux a effectué son plus grand saut le 26 septembre 2015, au-dessus du lac Winnipeg, à proximité de la plage Sunset, il a alors atteint une altitude de 11 mètres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !