•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Cleary : l'opposition s'anime

Dre Eilish Cleary

La Dre Eilish Cleary (archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au Nouveau-Brunswick, les partis d'opposition réclament des explications dans l'affaire entourant le congédiement de la médecin-hygiéniste en chef de la province, Dre Eilish Cleary.

La médecin-hygiéniste en chef de la province a déclaré lundi qu'elle avait été congédiée « sans cause ». Elle dit que la province lui aurait signifié que ses habiletés ne respectent pas les besoins de son employeur.

Dre Cleary a été suspendue au début du mois de novembre, mais jusqu'ici le ministère de la Santé se limite à dire qu'il s'agit d'un dossier de ressources humaines qu'il ne peut commenter pour des raisons de confidentialité.

À l'Assemblée législative, le chef de l'Opposition officielle, Bruce Fitch, a déclaré qu'il ne croit pas le ministre de la Santé quand il dit que la politique n'a rien à voir avec le congédiement d'Eilish Cleary.

Est-ce que la Dre Cleary est une autre victime de l'administration rigide de ce gouvernement?

Bruce Fitch, chef de l'Opposition officielle

Le ministre de la Santé, Victor Boudreau, a déclaré encore une fois mardi qu'il ne pouvait rien dire sur le congédiement d'Eilish Cleary et que cela n'a rien à faire avec la politique partisane.

Le chef de l'Opposition officielle au Nouveau-Brunswick, Bruce Fitch, s'adresse aux médias. Plusieurs micros sont tendus vers lui.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef de l'Opposition officielle au Nouveau-Brunswick, Bruce Fitch

Photo : ICI Radio-Canada/Étienne Dumont

« Le chef de l'opposition a déjà été un ministre de la Couronne. Il a déjà été au gouvernement. Il devrait connaître et comprendre ce qu'un ministre a le droit de faire et n'a pas le droit de faire », a déclaré M. Boudreau.

Le ministre affirme qu'avec le consentement de la Dre Cleary, il pourrait divulguer certains éléments relatifs à sa mise à pied.

Selon la députée Madeleine Dubé, qui est porte-parole de l'Opposition officielle en matière de santé, le gouvernement doit s'expliquer.

« Je n'aime pas ce que j'entends, je n'aime pas ce que je vois. Je n'ai pas les réponses non plus, ce n'est certainement pas normal qu'on arrive sans réponse comme ça quand une personne qui est indépendante perd son emploi », affirme Mme Dubé.

Cette dernière veut laisser la chance au gouvernement de s'expliquer sans quoi les progressistes conservateurs pourraient demander, tout comme le Nouveau Parti démocratique l'a fait lundi, la tenue d'une enquête indépendante.

Le chef du Parti vert, David Coon, affirme pour sa part que le gouvernement ne peut se débarrasser d'Eilish Cleary sans se justifier auprès des Néo-Brunswickois.

Pendant ce temps, la Dre Eilish Cleary affirme étudier ses options avec ses avocats.

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Victor BoudreauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Victor Boudreau

Photo : ICI Radio-Canada/Étienne Dumont

Les médecins réagissent

La Société médicale du Nouveau-Brunswick, qui représente les médecins de la province, a également demandé des explications au ministre Boudreau. Le président de la SMNB a suggéré une rencontre avec le ministre pour discuter de la situation actuelle.

Nous estimons que c'est une fin peu glorieuse pour le travail de l'ancienne médecin-hygiéniste en chef, dont les efforts ont été reconnus publiquement par des prix.

Dr John Whelan, président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick

« Les médecins du Nouveau-Brunswick appuient tout collègue qui soulève un problème dans l'intérêt de la sécurité des patients ou la promotion de la santé. Si toute partie de notre travail suggère que notre ancienne médecin-hygiéniste en chef a été congédiée en raison d'une opinion scientifique ou médicale, nous protesterons une telle décision avec toute la détermination possible », a déclaré le Dr John Whelan.

Avec les informations de Julie-Anne Lapointe et Étienne Dumont

Lettre de la Société médicale du Nouveau-Brunswick au ministre de la Santé

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie