•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'économie albertaine devrait croître modestement en 2016 malgré le pétrole

Un puit de pétrole

Un puit de pétrole près de Calgary.

Photo : Todd Korol / Reuters

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Alberta devrait afficher une croissance économique modeste l'année prochaine, malgré la faiblesse persistante des prix du pétrole, a indiqué lundi le Conference Board du Canada.

Le groupe de recherche estime que la province verra son produit intérieur brut (PIB) grimper de 1,2 % en 2016, après s'être contractée de 1,2 % cette année.

La faiblesse des cours du pétrole a entraîné un recul des investissements de 15,2 % cette année. Cela signifie que l'État aura 11 milliards de dollars de moins dans ses coffres d'ici la fin de 2016.

L'économie de la Saskatchewan, qui dépend elle aussi du secteur de l'énergie, devrait se sortir de la récession l'année prochaine avec une croissance de 2,0 %, alors que celle de Terre-Neuve-et-Labrador devrait se replier de 0,8 %.

Le PIB du Québec, pour sa part, devrait croître de 2,1 % en 2016, aidé notamment par la faiblesse du dollar canadien, qui devrait avoir pour effet d'augmenter les exportations au sud de la frontière. Les dépenses à la consommation, qui ont contribué à une hausse modeste du PIB provincial en 2015, devraient continuer de porter l'économie québécoise.

Selon les chiffres du Conference Board, la Colombie-Britannique enregistrera la plus forte croissance de toutes les provinces en 2016, soit une progression de 3,6 %, surtout grâce aux secteurs de la construction et de l'immobilier.

Les prévisions sont également positives pour le Manitoba et l'Ontario, dont le PIB devrait augmenter de 2,5 et 2,3 % respectivement.

Dans les provinces maritimes, l'Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick connaîtront une croissance plutôt modeste, à 1,6 %. De son côté, la Nouvelle-Écosse verra son économie bondir de 2,3 %, ce qui s'explique en partie par le contrat de construction navale du gouvernement fédéral.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !