•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick dit avoir été congédiée

Dre Eilish Cleary

Dre Eilish Cleary

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick aurait mis fin à l'emploi de sa médecin-hygiéniste, Eilish Cleary, lundi.

Dre Cleary a envoyé une lettre à CBC où elle mentionne avoir perdu son emploi.

« Bien qu'aucune cause n'a été avancée, le gouvernement du Nouveau-Brunswick m'a indiqué qu'il était était venu à la conclusion que mes habiletés ne respectent pas les besoins de mon employeur », écrit-elle.

Dans sa lettre, elle soutient avoir servi les gens du Nouveau-Brunswick depuis 2007, d'abord en tant qu'adjointe au médecin-hygiéniste en chef et depuis 2008 comme médecin-hygiéniste en chef.

Par voie de courriel, le ministère de la Santé n'a pas confirmé à CBC si Dre Cleary avait été remerciée.

« Nous avons l'obligation de protéger la vie privée et les renseignements personnels de toutes les parties concernées », a déclaré le directeur des communications du ministère, Bruce Macfarlane.

« Le processus de ressources humaines qui a été lancé n'est pas politique et ne touche pas au travail médical et scientifique entrepris par le bureau de la médecin-hygiéniste en chef, dont les travaux se poursuivent sous la direction de la médecin-hygiéniste en chef », a-t-il rajouté.

« Je suis attristée par cette décision et préoccupée par la façon dont ça s'est déroulé et je considère mes options à venir. »

— Une citation de  Dre Eilish Cleary, médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick

La médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick était en congé forcé depuis quelques semaines. Le gouvernement a souvent répété que son congé n'était pas motivé par des raisons politiques. Le ministre de la Santé, Victor Boudreau, a répété qu'il ne commenterait pas un « dossier personnel » lié « aux ressources humaines ».

Une trentaine de résidents ont manifesté à Fredericton lundi pour demander le retour de la médecin.

Le sous-ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Tom Maston, a dit la semaine dernière que la Dre Cleary n'était pas en congé prolongé pour des questions politiques, qu'aucune question n'avait été soulevée sur les dossiers sur lesquels elle travaillait, et que d'autres personnes étaient aussi impliquées dans cette affaire.

Le NPD demande une enquête indépendante

Le Nouveau Parti démocratique du Nouveau-Brunswick s'est pour sa part insurgé contre la décision du gouvernement. Dans un communiqué de presse, le chef Dominic Cardy demande une enquête indépendante pour en savoir davantage sur les motifs de ce renvoi.

« Les libéraux de Gallant ont fait une campagne axée sur l'indépendance de la médecin hygiéniste en chef. Je ne crois pas que personne pensait que cela signifiait son congédiement. Les libéraux réduisent au silence les scientifiques gouvernementaux les plus éminents du Nouveau-Brunswick », a déclaré M. Cardy.

Le NPD veut une enquête indépendante pour répondre à ces questions:

  • Le ministère de la Santé dit que la suspension du Dre Cleary le 4 novembre dernier était une question de gestion du personnel. Pourquoi le gouvernement prétend-t-il maintenant l'avoir licenciée parce que ses « compétences ne rencontrent pas les besoins de son employeur » ?
  • La suspension du 4 novembre du Dre Cleary était-elle un effort visant à monter un dossier en prévision d'une décision qui avait déjà été prise ?
  • Est-ce que le ministre Boudreau ou le premier ministre Gallant ont autorisé la suspension du Dre Cleary ?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie