•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cours d'études autochtones obligatoire à l'Université Lakehead

Université Lakehead

Université Lakehead

Photo : Université Lakehead

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Université Lakehead, à Thunder Bay, et l'Université de Winnipeg obligeront leurs nouveaux étudiants à suivre un cours d'histoire ou d'études autochtones afin d'obtenir un diplôme dès septembre.

Un texte d’Isaac GauthierTwitterCourriel

Les étudiants de Lakehead devront choisir un cours de trois crédits lié à leur programme d'étude.

« Le but est d'exposer les étudiants à du contenu autochtone relatif à leur discipline universitaire. »

— Une citation de  Nancy Luckai, vice-rectrice de l'Université Lakehead

Selon la vice-rectrice de l'Université Lakehead, Nancy Luckai, les différents programmes d'études ont été remaniés en fonction des changements apportés. Les frais de scolarité demeureront donc les mêmes, puisque les cours font partie du cursus.

Elle ajoute que près de 35 % des étudiants, notamment ceux du programme de gestion des ressources naturelles, suivent déjà un cours de ce genre.

En tout, près de 80 cours approuvés par l'administration seront disponibles dès la session d'automne.

Réactions positives

L'initiative a été bien reçue par le corps professoral et la communauté étudiante, indique la vice-rectrice, Nancy Luckai.

Elle ajoute que ce changement est nécessaire, vu l'importante conversation nationale sur le passé et le futur des peuples autochtones.

Environ 10 % des étudiants de l'Université Lakehead s'identifient comme membre d'une Première Nation. La région en compte d'ailleurs plusieurs, représentant près de 50 000 personnes. Les relations sont toutefois tendues entre autochtones et non-autochtones, comme le témoigne l'enquête du coroner sur la mort de sept jeunes à Thunder Bay.

Quelques réserves

Certains étudiants auraient cependant exprimé des réserves quant à la pertinence d'un tel cours et de l'effet qu'il aura sur la qualité de l'éducation.

Mme Luckai répond pour sa part que seule une minorité d'eux partagent ces inquiétudes.

« Les étudiants comprennent que l'université est un lieu où l'on agrandit sa vision du monde », explique-t-elle. « Puisque les cours sont relatifs au programme d'étude, j'ai de la difficulté à croire qu'un étudiant ne trouve pas un cours qui l'intéresse. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !