•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des fermiers terre-neuviens encouragent les jeunes à prendre la relève

Chris Oram fait partie d'un groupe qui veut inciter plus de jeunes à se lancer en agriculture, à T.-N.-L. La moyenne d'âge des fermiers approche les 64 ans dans cette province.

Chris Oram fait partie d'un groupe qui veut inciter plus de jeunes à se lancer en agriculture, à T.-N.-L. La moyenne d'âge des fermiers approche les 64 ans dans cette province.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La moyenne d'âge des fermiers à Terre-Neuve-et-Labrador approche les 64 ans, ce qui pousse un groupe de fermiers de cette province à encourager les jeunes à se lancer en agriculture.

Chris Oram est membre du Forum des jeunes fermiers de la province. L'organisme est constitué de 65 jeunes fermiers âgés de 19 à 40 ans.

« Nous tentons de rejoindre le plus grand nombre de personnes possibles intéressées par une vie active, et de voir si l'agriculture pourrait les intéresser », dit-il.

L'organisme organise des forums pour renseigner des recrues potentielles et créer des occasions de réseautage.

M. Oram reconnaît que d'accéder au métier de fermier n'est pas facil. Il y a des obstacles de taille dont le coût des terres agricoles et le financement, mais en ce qui le concerne, c'est un métier qui le satisfait pleinement.

« Je suis mon propre patron, je travaille dehors tous les jours et, dans une grande mesure, je fais mon propre horaire. C'est du travail difficile, mais c'est très valorisant! »

Chris Oram affirme que la sécurité alimentaire des Terre-Neuviens posera problème s'il n'y a pas plus de jeunes qui se lancent en agriculture dans les années à venir.

« Nous n'avons que deux ou trois jours de provisions, ici, dans l'Île, lorsque les bateaux ne peuvent prendre la mer », rappelle-t-il. « Si personne ne veut se lancer en agriculture, l'industrie risque de mourir. »

Plus de succès au Nouveau-Brunswick

Samuel Bourgeois est le fils du propriétaire du verger Belliveau, à Pré-d'en-Haut, au Nouveau-Brunswick et lui même engagé en agriculture.

« Je suis un des plus jeunes au Nouveau-Brunswick. Les fermes laitières vont bien au niveau de la relève. Nous dans les pommes, on est 4 ou 5, ce qui est beaucoup mieux que quand j'ai commencé. 

Cidre de pommes du Verger BelliveauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cidre de pommes du Verger Belliveau

Certaines régions de la province s'en tirent mieux.

« J'ai beaucoup d'amis du nord de la province qui sont venus ici dans le sud-est et qui se sont trouvés rapidement de l'emploi dans le domaine. La moyenne d'âge est bonne, on est plusieurs jeunes en agriculture. » conclut-il.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie